Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art : test terrain

par Nadia et Benoit

Voilà plusieurs années que je voulais faire de la macrophoto alors quand on m’a proposé de tester le Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art, j’étais prête. J’avais hâte de faire de la macro de fleurs, ma pratique fétiche et j’ai mis de côté ma phobie des petites bêtes ! Enfin, il me tardait d’immortaliser avec esthétisme ma bague, un bijou précieux et cher à mon coeur. Fixé avec mes Lumix S, j’ai donc pu me faire mon avis sur cette focale fixe macro en monture L. Compatible aussi en monture FE, elle peut se fixer sur les hybrides Sony. Vous verrez dans ce test terrain que c’est un objectif auquel on s’attache vu les beaux résultats photo obtenus ! Avec de la patience, on peut profiter pleinement de ses qualités optiques ! Alors, je commence par vous emmener avec moi en randonnée pour mon retour d’expérience.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art Macro

Prise en main du Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art

Tout d’abord, je vais commencer par la prise en main. Niveau ergonomie, ici, ce n’est pas la légèreté qui compte. Avec ses 700 grammes, voilà un objectif au poids que certains trouveront conséquent. Je le qualifierais de gabarit moyen, ce n’est pas léger mais ce n’est pas lourd non plus. En tout cas, quand on l’emmène en montagne, ça pèse quand même un peu au fil de la journée… mais bien moins qu’un super zoom. C’est le prix à payer pour avoir une belle qualité optique. Et de ce point de vue, c’est du haut niveau.

Qualité plutôt que légèreté

Avec son gabarit de 126 mm de long, lors de mes balades dans les Alpes, je passais difficilement inaperçue. Néanmoins, fixé sur les Lumix S, on a une prise en main équilibrée même si l’ensemble fait entre 1,3 kilos et 1,6 kilos. C’est d’autant plus vrai avec le Lumix S1 qui est un boitier très robuste. Sur le Lumix S5, l’ensemble est plus léger et tout aussi équilibré. En pratique, c’est le duo que j’ai préféré. En effet, l’écran orientable m’a permis de chercher des prises de vue bien plus originales en terme de cadrage et d’angle. C’est pourquoi ce Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art a passé plus de temps fixé sur le S5 que sur le S1.

Dans tous les cas, si ce n’est pas l’optique la plus tape à l’oeil, on a une prise en main équilibrée comme j’aime. De plus, sa construction est efficace puisqu’on trouve facilement les boutons nécessaires à la prise de photos.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art test terrain

De nombreux boutons

Car justement, des boutons, on en trouve quelques uns sur cet objectif et il est difficile de se passer de certains. Pour commencer, le bouton à droite de l’objectif permet de verrouiller ou non la bague d’ouverture. Personnellement, comme je choisis mon ouverture via le boitier, je verrouille toujours la bague d’ouverture sur A. En effet, cela évite de prendre des photos à f22 par erreur. Oui, c’est du vécu…

Tout à gauche, on retrouve classiquement le commutateur AF/MF. Et autant vous dire tout de suite, celui-ci, je l’ai énormément utilisé. Je ne vais pas vous le cacher, l’autofocus est assez lent (en comparaison avec mes autres objectifs) et il est bruyant. De plus, la macrophoto est un travail de précision. Alors, j’ai énormément utilisé la mise au point manuelle. Je détaille tout ça un peu plus bas dans l’article. Ce bouton AF/MF est donc très pratique à avoir sous les doigts !

Définissez la distance de votre sujet pour un meilleur AF

Autre bouton intéressant, il s’agit du AFL. C’est un bouton raccourci personnalisable. Par exemple, vous pouvez décider que ce bouton serve à verrouiller la mise au point. Enfin, le dernier bouton que vous allez beaucoup utiliser, c’est celui sur la distance du sujet. En effet, vous pouvez affiner votre AF en indiquant à peu près la distance à laquelle se situe votre sujet. Soit vous restez sur FULL et l’AF est calculé sur l’ensemble de la scène. Soit, vous définissez que votre sujet est à moins de 50 cm, soit au contraire à + de 50 cm. Si vous voulez que la mise au point automatique soit plus rapide, il vaut mieux utiliser correctement ce bouton. Vous vous en doutez, il n’est pas là par hasard.

Bagues d’ouverture et de mise au point manuelle

Comme évoqué, le Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art dispose d’une bague d’ouverture. Soit, vous laissez sur A pour être en Auto ou choisir l’ouverture directement via le boitier. Soit, vous pouvez utiliser cette bague pour choisir votre niveau d’ouverture. Elle est crantée et chaque changement de niveau s’entend. Ainsi, pour les photographes on peut se repérer à l’oreille. Par contre, on ne peut pas la rendre silencieuse comme sur le 85 mm f1.4 ou le 35 mm f1.4. Pour les vidéastes, c’est un peu dommage.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art Macro avis

L’autre bague est celle pour la mise au point manuelle. Elle m’a énormément servie pour avoir une zone de netteté parfaitement précise. La bague est très fluide mais attention, plus on s’approche des petites distances, plus il faut tourner lentement. La macrophotographie est vraiment une pratique de précision et de patience. Cette focale fixe est une optique qui s’apprivoise car la macro est affaire de patience et de temps long. Et comme on a fait ensemble pas mal de randonnées, elle et moi, on a eu le temps de faire connaissance le long des chemins alpins.

Résistante à la poussière et à l’humidité

Il faut le dire, comme on en a pris l’habitude avec Sigma, voilà un objectif avec une construction de qualité. Ainsi, cet objectif est résistant à la poussière et à l’humidité. Combiné avec les Lumix S qui sont également tropicalisés, on a une étanchéité idéale. En plus, il est fourni avec un pare-soleil et surtout une véritable housse de protection rembourrée. Pour ranger et transporter son matériel photo, c’est idéal. Nous qui voyageons souvent chargés, avec un jeune enfant qui plus est, cette housse de protection est un vrai plus qui nous rassure.

Enfin, avec sa taille de filtre de φ62 mm, vous trouverez facilement tous les filtres nécessaires. D’ailleurs, pour ma part, je lui ai fixé, comme toujours, un filtre protecteur. De cette façon, je ne remets pas toujours le cache objectif entre deux photos. Et je ne crains pas qu’un caillou ne tombe sur la lentille et ne la brise. Pour déclencher rapidement et sereinement, ce filtre protecteur m’est indispensable.

Le test terrain en version vidéo

Quelle compatibilité avec les Lumix S ?

S’il existe une version compatible avec les Sony Alpha en monture FE, c’est en Monture L que j’ai testé cet objectif. Je l’ai évoqué en début d’article, avec les Lumix S, on a une prise en main très équilibrée, notamment grâce à la poignée très creusée de ces appareils. Par ailleurs, Sigma, Panasonic et Leica ont un partenariat sur cette monture L. Aussi, vous n’avez pas besoin de bague d’adaptation entre l’objectif et l’appareil photo. De même, la mise au point automatique fonctionne parfaitement. Pour avoir plusieurs optiques Sigma, notamment pour le portrait, je ne peux que le confirmer ! J’ai le même niveau de performance qu’avec mes optiques Lumix.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art et Lumix S

Ici, il faut quand même dire que la mise au point automatique est un peu lente. Il vaut mieux être patient ou passer en mode manuel. Quand on a un enfant de 4 ans impatient avec soi, on aimerait toujours que la mise au point automatique soit plus performante. Néanmoins, je ne suis pas sûre que cela vienne du boitier, ni de l’objectif. Seulement la macrophotographie n’est pas une pratique qui s’accorde avec l’impatience d’un jeune enfant. La macro, c’est une affaire de temps long. Quand on pratique ce genre de prise de vue, il vaut mieux ne pas regarder sa montre. Dans tous les cas, en monture L, voici une chouette optique macro à découvrir pour de très belles images !

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art : tout pour la macrophotographie

Vous vous en doutez, en terme d’usage, voilà un objectif taillé pour la macrophoto, la vraie ! Il ne s’agit pas là de proxi-macro comme avec le Lumix S 24-105 mm f4. Avec son rapport de grossissement de 1:1, le Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art vous ouvre véritablement les portes de la macro. Photos de fleurs, de petites bêtes ou même d’objet, c’est une pratique à part entière qu’il permet d’effectuer. Et quand on commence à goûter à la macro, on devient vite accro ! Moi qui ai toujours aimé montrer les sujets en gros plan, j’ai trouvé une optique qui correspond à ce que j’aime en photo. Voilà pourquoi je l’ai très vite adopté.

macrophoto bague test focale fixe Monture L
f4 – 1/100 – ISO 320

Une distance minimale de mise au point rapprochée

Ainsi, point de vue pratique, la particularité de cet objectif, c’est sa distance minimale de mise au point. En dépit de sa longueur focale de 105 mm, on a une distance minimale de mise au point de 29,5 cm. Vous pouvez vous trouver à 29,5 cm de votre sujet et réussir à déclencher. Ainsi, cela permet de s’approcher vraiment près de son sujet pour le montrer dans toute sa splendeur. Et franchement, avec d’autres objectifs, c’est souvent que la distance minimale de mise au point est trop éloignée pour exprimer ce que je veux faire en photo. En comparaison, sur le Lumix S 50 mm f1.8, la distance minimale de mise au point est de 45 cm…! Ce qui n’est pas du tout adéquat pour faire des plans macro. (Bon en même temps, un 50 mm n’est pas fait pour ça).

La particularité de cet objectif, c’est aussi son rapport de grossissement de 1:1, ce qui en fait une véritable optique macro. À côté, le Lumix S 24-105 mm f4 a un rapport de grossissement de 0,5. Concrètement, quand on prend une même scène à 105 mm, entre les deux objectifs, on n’a pas du tout le même rendu. Avec le Sigma 105 mm f2.8 le sujet semble plus gros ! Alors, voyons en détail ce qu’on peut faire comme macrophoto avec cette très belle optique.

macrophoto criquet en gros plan
f11 – 1/250 – ISO 500

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art : pour la macrophoto de fleurs

Je ne m’en cache pas, bien que citadine, j’aime les photos champêtres ! J’adore photographier les fleurs en toute saison et à toute heure de la journée. J’aime comme une fleur n’est jamais identique d’un jour à l’autre. Avez-vous remarqué comme elles racontent le temps qui passe en étant simplement à côté de nous ? Alors, sur les chemins de montagne, avec mon Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art je suis partie à la recherche de beaux spécimens alpins.

Une optique qui facilite la créativité

J’ai enfin pu prendre des photos à contre-jour durant l’heure dorée. Pendant près d’une heure, au soleil couchant, j’ai habillée les fleurs de l’astre solaire. Avec sa distance minimale de mise au point rapprochée, à aucun moment je n’ai été limitée dans les histoires florales que je souhaitais raconter. Moi qui attendait depuis longtemps de faire ce style d’images, j’étais euphorique. Mais au delà de ma joie, ce qui est pratique avec ce 105 mm f2.8 c’est qu’on n’est pas obligé de se coller aux fleurs pour les photographier. Ainsi, cela évite de marcher sur la végétation hors des sentiers.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art test terrain macro fleur heure dorée
f2.8 – 1/400 – ISO 100

Si vous aussi vous êtes passionnés de photographie de fleurs, il y a de grande chance que cette focale fixe macro devienne votre favorite. D’ailleurs, en quittant les Alpes, je me suis aussi amusée à prendre des photos dans le Jardin Botanique proche de chez moi. Quand on aime la macro, il n’y a pas de meilleur lieu. Moi qui suis toutes les semaines dans les allées du Jardin, j’ai profité de la fin d’été pour immortaliser les plus belles plantes du Parc. J’ai rencontré quelques petites bêtes aussi !

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art test terrain L-Mount avis
f2.8 – 1/1000 – ISO 100

Idéal pour la macrophotographie de petites bêtes

Pour ce test terrain, j’ai pris sur moi ! Les insectes, les bourdonnements des abeilles et autres, je n’aime pas vraiment tout ça ! Les petites bêtes et moi, ce n’est pas le grand amour. Mais la nature vous pousse parfois à dépasser vos craintes pour l’immortaliser. Alors, j’ai mis de côté mes peurs et j’ai tenté quelques photos d’abeilles, de criquets ou encore de grenouille. (Je suis juste déçue de ne pas avoir rencontré de papillons, y compris dans les Alpes…)

L’avantage de sa longue focale, c’est qu’on n’a pas besoin de se coller pour avoir un gros plan. Ainsi, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais cette grenouille est en réalité minuscule. À 105 mm, j’ai pu rester à bonne distance et ainsi éviter que cet animal craintif ne se cache. De même, avec le criquet posé sur le chemin. Si je m’étais approchée vraiment très près, il serait parti immédiatement. Déjà qu’ils sont difficiles à photographier alors mieux vaut se tenir à « bonne » distance.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art Macro grenouille avis
f5.6 – 1/125 – ISO 800

Enfin, si comme moi le pollen vous fait éternuer, là aussi, vous allez adorer la longueur focale de 105 mm. Je m’en doutais déjà avant de l’avoir en main mais c’est clairement la focale idéale pour ma pratique de la macrophoto en extérieur.

Pour la macrophoto d’objets aussi

Au delà des photos nature, je comptais me servir de cette focale macro pour les clichés d’objets. Plus particulièrement, cela fait quelques années que je voulais immortaliser ma bague, ce bijou si précieux. Je dois dire que c’est un bijou qui a une grande valeur sentimentale. J’avais donc hâte d’utiliser cette optique pour faire de belles photos de ma bague dans son écrin. Et niveau résultat, c’est largement au delà de mes espérances. Bien sûr, je m’attendais à un joli gros plan pour mettre en avant ce bel objet.

test terrain Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art
f4 – 1/100 – ISO 640
Des images très détaillées

Or, ici, j’ai découvert des petits détails sur ce bijou, que je n’avais jamais vu à l’oeil nu. Moi qui la porte depuis quatre ans au quotidien, j’ai été surprise de découvrir tous les reliefs de mon Aigue-Marine. Je voulais aussi prendre une photo en gros plan de l’inscription personnalisée sur l’anneau de cette bague. Difficile de décrire l’émotion que de voir un objet si précieux dans toute sa splendeur. Mais je peux dire que je suis ravie d’avoir enfin de belles images de ma bague. Moi si émotive et attachée à ce bijou, j’en aurai les larmes aux yeux. Ce n’était évidemment pas la première fois que je la prenais en photo. Mais avec une optique macro, c’était une grande première. Et oh la la, quelle magie que de voir avec tant de détails un objet si fin et si précieux.

macro bague avis focale fixe Monture L
f8 – 1/125 – ISO 2500

Alors, si comme moi, vous aimez la précision ainsi que les détails en photographie, ce Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art aura de quoi vous toucher.

Une ouverture de f2.8 pour de superbes flous

Autre spécificité de cet objectif, c’est son ouverture de f2.8 ! Moi, l’accro au flou d’arrière plan et d’avant plan, je l’ai forcément adoré ! Car niveau bokeh, c’est bien sûr une optique idéale ! Je m’en suis donnée à coeur joie de la tester à f2.8. J’ai obtenu non seulement une très belle qualité d’image mais également les rendus photos comme j’aime… Comprenez un flou très marqué !

avis netteté image et flou arrière plan
f2.8 – 1/1600 – ISO 100

Une Belle netteté

Mais n’imaginez pas que vous allez toujours photographier à f2.8. Avec un tel niveau d’ouverture et de focale, la précision est encore plus de mise. Voilà pourquoi j’ai souvent été en mise au point manuelle. Pour avoir les yeux de la grenouille parfaitement nets et le reste de l’image flou, c’était indispensable. Niveau qualité optique, même à un tel niveau d’ouverture, on a une netteté à tomber autant que le flou ! À tel point qu’on a la sensation que notre amie la grenouille va nous sauter dessus. Pour mettre en valeur votre sujet, rien ne vaut un flou marqué et une superbe netteté. En tout cas moi, j’adore.

avis bokeh objectif macro Monture L
f2.8 – 1/125 – ISO 200

Et si vous utilisez des ouvertures plus petites, alors vous trouverez à tous les niveaux, une très belle qualité d’image. Ainsi, lorsque j’ai photographié les fleurs à l’heure dorée, j’ai pu utiliser différentes ouvertures, sans craintes, pour avoir plusieurs rendus avec le soleil. Car voilà une optique qui offre une superbe netteté et qualité d’image à tous niveaux d’ouverture !

macro photo abeille
f11 – 1/125 – ISO 4000

Un AF un peu lent avec le Sigma 105 mm f2.8 DG DN

Pour autant, tout n’est pas parfait ! Cet objectif a tout de même quelques défauts ! Le premier, c’est la lenteur de l’autofocus. Il ne s’accorde pas avec les photographes pressés. N’imaginez pas que vous allez allumer votre appareil, cadrer puis déclencher et repartir aussitôt. (Bon, en même temps, en photo, ça se passe rarement comme cela).

Si vous voulez de meilleures performances, il vaut mieux aider l’AF en précisant la distance du sujet grâce au bouton « FULL ». Mais même comme ça, la mise au point automatique rame parfois, voire souvent. Et en plus, l’AF est vraiment bruyant. Au milieu des montagnes, on l’entend ronronner dans les oreilles pendant qu’on déclenche. Ça m’a perturbé dans ma concentration quelques fois.

test AF Sigma 105 mm f2.8 DG DN
f2.8 – 1/1250 – ISO 100

Optez pour la mise au point manuelle

Et puis finalement, ça m’a poussé à utiliser la mise au point manuelle que j’utilise très peu habituellement. Car la macrophotographie, c’est devenu aussi l’occasion de couper avec la frénésie du quotidien. Cette pratique m’a forcé à prendre le temps et apprécier par la même occasion l’instant présent. J’ai découvert le temps long, loin de la performance et plutôt dans la précision. Finalement, cette façon différente de vivre ma pratique photo à travers la macro, c’est ce qui a participé à me rendre accro à ce style photo. Fini la quête de performance en allant vite, je me suis mise à un autre rythme. Tandis que je faisais le shooting de ma bague, je n’ai pas vu le temps passer. Ne pas courir après le temps, c’est ce qui m’a fait adopter aussi cette focale fixe.

Il faut dire que la macrophoto, c’est souvent un sujet immobile et dans ce cas là, cela se prête bien à la mise au point manuelle. De même, quand on veut photographier un papillon, une abeille, etc, il n’est pas rare qu’on choisisse une fleur et qu’ensuite, on patiente jusqu’à ce que l’insecte se pose ! Cela laisse largement le temps de faire une mise au point manuelle.

mise au point automatique focale fixe macro L-Mount
f11 – 1/125 – ISO 2000

Pas de stabilisation optique

Dernier point négatif, ce Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art n’a pas de stabilisation optique. Sur une longue focale comme celle-ci et avec un tel besoin de précision, c’est un peu dommage. En effet, même un mouvement léger se répercute à l’image. Malgré les Lumix S pourtant bien stabilisés, quand on est sur un travail aussi précis, il est dur de n’avoir aucun mouvement. Il faut dire que je n’ai pas les bras les plus costauds.

De meilleurs résultats avec un trépied

Néanmoins, j’ai réussi à prendre les photos de fleurs au soleil couchant alors que j’avais mon fils de 4 ans dans le dos. Et malgré ces conditions un peu particulières, je n’ai pas eu d’images floues. Pourtant, ce n’est pas une mince affaire de prendre des photos en étant stable quand on a 16 kilos dans le dos et que votre enfant bouge et vous fait des blagues ! Au delà de cette anecdote, quand c’est possible, je pense que l’utilisation d’un trépied apporte plus de confort. Pour photographier ma bague, quand j’étais tranquillement à la maison, j’ai préféré utiliser le trépied. Là, j’étais dans les conditions optimales pour réaliser de belles prises de vues.

Macro photo heure dorée et netteté image
f11 – 1/250 – ISO 100

Compte tenu de la très bonne qualité optique, c’est dommage de ne pas se donner les meilleures conditions pour prendre des photos avec cette focale macro. Car au bout du compte, l’AF un peu lent, je l’ai vite oublié ! (En même temps, comment peut-il savoir quel brin d’herbe, au milieu des autres, vous voulez photographier ?). De même, au final, je ne me suis pas sentie gênée par l’absence de stabilisation optique. Par contre, je suis revenue avec de superbes photos au résultat largement à la hauteur de ce que j’espérais avant de partir ! Et ça, c’est vraiment top.

À qui s’adresse ce Sigma 105 mm f2.8 DG DN ?

Mais alors aussi qualitative soit-elle, cette optique est-elle faite pour vous ? Car évidemment tout le monde n’a pas besoin du Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art !

De prime abord, cette focale fixe s’adresse à vous si vous êtes pratiquant régulier de macrophoto ! Que vous soyez sur monture L ou Monture FE, si la macrophotographie est une de vos pratiques favorites alors voilà une optique qui a de quoi vous intéresser. Tant par sa distance minimale de mise au point, que par son rapport de grossissement mais aussi et surtout par ses qualités optiques qui en font un très bon objectif.

Pour les adeptes de macrophoto en extérieur

Si vous êtes adeptes de la macrophoto en pleine nature, avec sa longue focale, je pense que c’est un bon choix pour les fleurs, comme les petites bêtes. Et à ma grande surprise, en macro d’objet aussi, le résultat est à la hauteur de mes attentes. Attention, tout de même, vous aurez une très petite profondeur de champ, si vous voulez que l’ensemble de l’objet soit net tout en faisant un très gros plan, il faudra donc bien maîtriser les techniques photos.

Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art Macro qualité image
f4 – 1/320 – ISO 100

Cet objectif taillé pour la macro vous conviendra si vous pratiquez ce style de photo. Néanmoins, en montagne, je suis partie avec seulement trois focales fixes, un Sigma 35 mm f1.4, un 50 mm f1.8, un Sigma 85 mm f1.4 et ce 105 mm f2.8. Je ne me suis donc pas privée de photographier, des paysages ou des portraits, voire même des marmottes au loin, avec cette focale fixe. Bien sûr, ce n’est pas son usage premier ! Mais, non seulement cela dépanne quand on a que cette focale mais en plus elle le fait avec une excellente qualité optique. En effet, quand je zoome dans mes images, mon sujet est net et bien détaillé.

Prix du Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art Macro

Niveau tarif, c’est aussi un des arguments en faveur de cette optique, son prix est de 749€. En comparaison, le Sony FE 90 mm f2.8 coûte dans les 1200€. Disponible en monture L, vous la trouverez sur Amazon, Fnac.com et Digit-Photo. Compatible également en monture E, elle est disponible sur Amazon, Fnac.com et Digit-Photo.

En conclusion

Vous l’aurez compris, le Sigma 105 mm f2.8 DG DN Art emporte largement mon enthousiasme. Avec une telle qualité d’image, difficile de ne pas être satisfaite ! Bokeh, netteté et qualité, il réunit tout ce que j’aime dans une focale fixe. Ici, c’est une optique taillée pour la macrophoto avec sa distance minimale de mise au point rapprochée et son rapport de grossissement de 1:1. En pratique, c’était une grande première pour moi. Jamais je n’avais pris de photo en mode macro. Avec un peu d’entrainement et de patience, (et de chance niveau météo), j’ai pu exprimer exactement ce que j’avais en tête avant de recevoir cet objectif.

Encore aujourd’hui, je découvre de nouveaux détails dans mes images que je n’avais pas vu lors de la prise de photo. Et, chaque fois que je visualise les photos de ce test terrain, je suis heureuse de la beauté des clichés que j’ai obtenu.

Face à ses concurrents ?

En monture L, il n’y a pas vraiment de concurrents ! Chez Lumix, on trouve uniquement deux focales proxi-macro, le Lumix S 24-105 m f4 et le Lumix S 70-300 mm f4-5.6. Si elles permettent de faire de très gros plan, on n’a pas vraiment le même rendu que sur une focale macro. Finalement, l’autre focale macro est le Sigma 70 mm f2.8 DG HSM. Cette optique a une focale un peu moins longue avec une distance minimale de mise au point de 19,5 cm. Personnellement, comme je suis plus souvent à 105 mm qu’à 70 mm, ce n’est pas la focale qui a eu ma préférence.

En monture FE, le choix est plus dense. Chez Sony, il existe le Sony FE 90 mm f2.8 OSS qui a l’avantage d’être stabilisé pour un tarif bien plus élevé en revanche. Il existe aussi le Sony FE 50 mm f2.8, je le conseillerai plutôt si vous faites quasi exclusivement de la macro d’objets.

Ce test a été rédigé suite à un prêt de matériel non rémunéré de la part de Sigma. Cela n’enlève en rien l’objectivité de notre avis. En effet, nous proposons du contenu 100% indépendant, et sans bandeaux publicitaires intrusifs. En contre-partie, cet article contient des liens affiliés. Pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité, vous pouvez cliquer sur les liens Amazon, Fnac.com ou Digit-Photo avant d’acheter. Cela ne vous coûtera pas plus cher mais permettra de nous soutenir dans la rédaction de contenu de qualité sur notre temps libre.

Vous pourriez aimer aussi

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la conservation et la manipulation de vos données sur ce site.

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer, vous acceptez que nous en utilisions. Reportez-vous à la Politique de confidentialité relative aux cookies : Accepter En Savoir Plus