Lumix S 16-35 mm f4.0 : test terrain et avis

par Nadia et Benoit

En voyage, il est indispensable d’avoir un ultra grand angle pour photographier les paysages en pleine nature ou l’architecture d’une ville. Le grand angle est un objectif idéal quand on manque de recul ! Ce qui arrive très souvent ! C’est pourquoi j’emmène partout le Lumix S 16-35 mm f4 Pro avec moi. À la mer, en montagne comme en ville, il est toujours dans mon sac. Cette optique est compatible avec les appareils photo hybrides Lumix S, comme le Lumix S1 et le Lumix S5. En effet, c’est un objectif plein format en monture L. Je l’ai choisi, avant tout, parce qu’il est polyvalent grâce à sa focale qui arrive jusqu’à 35 mm. Comme je photographie avec depuis bientôt un an voici mon test terrain et avis longue durée.

Lumix S 16-35 mm f4

Prise en main du Lumix S 16-35 mm f4

Je vais commencer par détailler la prise en main ainsi que l’ergonomie de cet objectif. Cet ultra grand angle Lumix est un objectif robuste, certifié Leica, qui a une construction de qualité. En randonnée, par tous les temps, je sais que je peux l’emmener facilement. D’autant plus qu’il a un gabarit réduit, voilà pourquoi j’aime souvent le fixer sur le Lumix S5.

Un ultra grand angle léger et compact

En effet, cet objectif est peu encombrant. Il pèse, seulement, 500 grammes, pour un ultra grand angle, c’est compact. Et il mesure 99,6 mm de long. Quand on le porte en duo avec le Lumix S5, le tout pèse 1kg. Pour visiter une ville, cela permet d’être plus léger et plus discret. D’ailleurs, je l’ai régulièrement gardé autour du cou pendant toute une journée de marche. C’est pourquoi je le conseillerai particulièrement aux baroudeurs. Niveau gabarit, c’est un bon compromis quand on veut à la fois de la qualité mais sans s’encombrer outre mesure. Car on a ici un objectif avec de belles qualités optiques. Pour ma part, j’aime aussi le monter avec le Lumix S1 car le côté robuste de ce duo me plaît lors de nos randonnées en montagne.

Lumix S 16-35 mm f4 Pro

Robuste et tropicalisé : idéal pour voyager

En terme de qualité de construction, même s’il contient du métal, le revêtement n’est pas aussi beau que sur le Leica 42.5 mm f1.2. Vu le prix de cet objectif, c’est un peu regrettable, d’autant qu’il est estampillé Leica. Mais ce n’est pas le plus important. Ce qui compte, c’est la tropicalisation car je n’hésite pas à emmener mon matériel sous la neige ou la pluie. Et même aux beaux jours, en montagne, le temps n’est pas toujours ensoleillé, il peut pleuvoir à tout moment. J’ai donc besoin de pouvoir sortir mon matériel sans crainte. Et justement, ce Lumix S 16-35 mm f4 est tropicalisé et ça c’est un bon point. Pour l’avoir sorti sous la neige ou la pluie, je le confirme.

Niveau bagues, le Lumix S 16-35 mm a donc une bague de zoom qui permet d’aller de 16 mm à 35 mm. Elle tourne très bien et elle est bien placée. Et il va sans dire que c’est une bague dont je me sers énormément. L’autre bague, c’est la bague de mise au point. Elle est aussi très fluide. Et surtout, quand on tire dessus, elle permet de passer automatiquement en mise au point manuelle. Vous voyez, il n’y a pas de bouton AF/MF sur cet objectif donc c’est via la bague d’ouverture (ou sur le boitier) que le changement s’opère. 

Lumix S 16-35 mm f4 avis

Pour ma part, je trouve qu’on a globalement une bonne qualité de construction, je peux d’autant plus le dire que je l’ai depuis plus d’un an, que je l’ai emmené à la mer, dans des grandes villes et récemment en montagne, c’est vraiment mon objectif baroudeur par excellence.  

Compatible avec des filtres

J’apprécie aussi le fait de pouvoir fixer des filtres grâce à sa lentille « plate ». Contrairement à certains ultra grand angle, la lentille n’est pas bombée. En randonnée, cela me permet de fixer dessus un filtre protecteur pour éviter toute casse. Comme nous faisons de la randonnée avec un jeune enfant, que les sentiers sont souvent parsemés de cailloux, je suis plus sereine quand je fixe un filtre protecteur sur mes objectifs. La taille de filtre est de φ77, comme sur le Lumix S 24-105 mm f4. Je peux ainsi le partager entre mes deux objectifs dédiés au voyage.

Lumix S 16-35 mm f4 test

Idéal pour la pose longue et la vidéo

J’ai également acheté un filtre ND variable. Si, comme moi, vous êtes amateurs de pose longue en pleine journée, c’est un plus non négligeable. De même, la possibilité de fixer un filtre est très utile pour avoir plus de latitude dans ses réglages vidéos. Voilà pourquoi, de mon point de vue, la possibilité de fixer des filtres à l’avant et de les partager avec le Lumix S 24-105 mm f4 est un vrai avantage. Enfin, il est fourni avec un pare-soleil et une housse de protection.

Niveau prise en main, on a une bonne qualité de construction avec un objectif qui est tropicalisé. D’ailleurs, j’ai pu le sortir par temps de pluie ou même un jour où il tombait de la neige. Les bagues sont fluides et bien positionnées. On peut visser des filtres que ce soit pour protéger son matériel ou pour ajouter des filtres ND ou polarisant. Par contre, cet objectif n’est pas stabilisé. Ce n’est pas un problème car on est sur des focales courtes et ici la stabilisation capteur des boitiers suffit amplement. En vidéo, je n’ai donc eu aucune gêne du fait de l’absence de stabilisation. Ceci étant dit, qu’est-ce que ça donne en photo ?

test terrain ultra grand angle Lumix S

Lumix S 16-35 mm f4 : l’ultra grand angle polyvalent

Personnellement, de prime abord, l’ultra grand angle n’est pas une focale que j’aime le plus. En photo, j’aime montrer des détails plutôt qu’une scène dans son ensemble. Mais ça c’était avant d’avoir un ultra grand angle avec un Lumix S. Comme j’aime autant visiter une grande ville que randonner en montagne, je manque très souvent de recul avec un objectif standard, tel un 24-105 mm f4. C’est pourquoi j’ai toujours un ultra grand angle en vacances. Ici, le Lumix S 16-35 mm f4 m’a intéressé dès sa fiche technique pour deux raisons : sa plage focale polyvalente car il va jusqu’à 35 mm, il convient donc bien à ma pratique. De plus, sa lentille permet de fixer un filtre protecteur pour photographier sereinement, j’en ai déjà parlé.

Une plage focale intéressante

En effet, avec un objectif ultra grand angle qui s’arrête généralement à 24 mm, je suis, dans bien des cas, obligée de partir avec un 24-105 mm, dans le sac, pour cadrer plus loin si besoin. Or, grâce à sa plage plus étendue, je suis parfois partie avec seulement ce 16-35 mm dans mon sac photo. Et dans bien des cas, la possibilité d’aller jusqu’à 35 mm m’a été bien utile et suffisante. Vu que nos sacs de randonnée sont souvent très chargés, surtout avec un jeune enfant, c’est très pratique pour moi de pouvoir emmener ce seul objectif qui est peu encombrant.

coucher de soleil sur la mer avec Lumix S 16-35 mm f4
16 mm – 1/80 – f8 – ISO 100
photo paysage Lumix S 16-35 mm
33 mm – 1/80 – f8 – ISO 100

Grâce à sa plage focale qui débute à 16 mm, c’est donc avec beaucoup de facilité que je peux prendre l’ensemble d’une scène. Je n’ai pas besoin de passer en orientation portrait ou de me tordre pour essayer d’avoir un plan large, avec en général, peu de réussite. Mais, je peux aussi aller jusqu’à 35 mm et cadrer avec une certaine liberté. D’ailleurs, j’ai aussi pu faire quelques portraits avec cet objectif. Ça donne un style photo un peu lifestyle, très sympa pour des souvenirs de famille en vacances. Bien sûr, avec une ouverture de f4, le bokeh est sympa bien que pas exceptionnel. En même temps, ce n’est pas ce qu’on demande à ce genre d’objectif.

Enfin, avec sa distance minimale de mise au point de 24 cm, je peux aussi photographier des détails en m’approchant de mon sujet. Voilà pourquoi, entre autre, je dis que cet objectif est polyvalent.

L’objectif photo pour les paysages grandioses

Cet ultra grand angle, il est idéal, tout d’abord, si vous aimez photographier des paysages. C’est particulièrement vrai si ces paysages sont grandioses. Je pense à un lac, une chaîne de montagne ou au bord de mer…à tous ces lieux où la nature est majestueuse. Oui mais où il faut pouvoir photographier ou filmer avec des plans très larges pour montrer la nature dans toute sa splendeur.

Avec ma focale à 16 mm, je peux aller immortaliser l’ensemble d’une chaîne de montagne et rendre compte ainsi de l’immensité du lieu. De même, je n’ai pas à rogner sur mon cadrage pour photographier une baie en bord de mer. Car ce n’est pas rare de manquer de recul en voyage. D’ailleurs, on en a fait l’amer expérience lors d’un séjour au Canada, il y a quelques années. Avec notre zoom qui débutait à 28 mm, impossible de photographier correctement le magnifique Lac Louise. Avec un 16 mm, je n’aurai pas eu de limites. Grâce à l’ultra grand angle, fini la frustration du manque de recul.

paysage de montagne et ultra grand angle monture L
16 mm – 1/100 – f13 – ISO 100
photo Mont-Blanc avec ultra grand angle monture L
16 mm – 1/60 – f16 – ISO 125

Accentuer la grandeur de la nature

À l’occasion de nos randonnées en montagne, j’ai aussi pris goût à un usage de l’ultra grand angle qui consiste à accentuer l’immensité d’un lieu. Parfois, un 24 mm aurait suffit pour photographier sans couper la scène. Sauf qu’en photographiant à 16 mm, c’est une autre histoire que l’on raconte. En cadrant avec le maximum de recul que permet l’objectif, l’humain paraît petit au milieu d’une nature immense. On peut ainsi photographier les arbres en entier pour accentuer cette sensation. Bref, il n’y a qu’un zoom ultra grand angle qui permet de retranscrire autant la grandeur de la nature. Et c’est quelque chose que j’aime particulièrement.

photo de paysage avec objectif ultra grand angle monture L
16 mm – 1/60 – f16 – ISO 125
bord de mer au Lumix S 16-35 mm f4
16 mm – 1/60 – f13 – ISO 125

Des images d’une grande netteté

Évidemment, cette nature, c’est avec beaucoup de netteté que j’ai pu la photographier. C’est aussi grâce au capteur plein format et à la science des couleurs Panasonic que j’ai pu obtenir de très belles images. Mais aussi au très bon piqué de cet ultra grand angle. Car le Lumix S 16-35 mm f4 n’a pas volé d’être estampillé Leica. Chaque plan de l’image est non seulement bien visible mais en plus il est très détaillé. Pour la petite anecdote, lors d’une randonnée, je suis partie uniquement avec cet objectif. Bien sûr, ce seul jour où je n’avais pas pris mes télé-objectifs, je suis tombée plusieurs fois sur des bouquetins. Même s’ils étaient très loin, un peu dépitée, je les ai quand même photographié. Une fois à la maison, j’ai recadré mes images et ils sont non seulement parfaitement nets mais également bien défini. Bref, j’ai une superbe qualité d’image avec cet ultra grand angle.

test terrain netteté sur photo paysage
35 mm – 1/400 – f8 – ISO 100 (quand tu croises un bouquetin, le jour où tu as seulement un grand angle…)

Et, en plus, il ne me sert pas uniquement pour la photo de paysage, il a bien d’autres utilités, toujours avec les mêmes qualités optiques permetant d’obtenir de superbes images.

Ultra grand angle pour les photos d’architecture

Le Lumix S 16-35 mm f4 c’est le genre d’objectif que j’aime aussi sortir quand je veux photographier une ville. Car très souvent, pour les photos en milieu citadin, on manque de recul ! Dans les ruelles des villes européennes comme pour photographier les hauts buildings des villes modernes, mieux vaut avoir un ultra grand angle. Or, sa plage focale qui débute à 16 mm me permet dans bien des cas de prendre l’ensemble d’un bâtiment en photo. Et, avec son gabarit assez léger et peu encombrant, je peux facilement me promener avec autour du cou. Il attire beaucoup moins les regards que le Sigma 14-24 mm f2.8 DG DN Art.

Théâtre Lyon avec ultra grand angle
16 mm – 1/160 – f8 – ISO 100

Avec cet objectif, plus besoin de prendre des bâtiments en orientation portrait par défaut ou de manquer de recul. Comme pour un paysage, l’ultra grand angle me permet d’accentuer la grandeur d’un bâtiment. Là encore, avec beaucoup de netteté, ce qui me permet d’avoir des images très détaillées. C’est exactement ce que je recherche pour mes photos.

Lumix S 16-35 mm f4 test terrain
35 mm – 1/60 – f7.1 – ISO 160

Idéal aussi pour la photo immobilière

Enfin, en voyage, notamment, j’ai pour habitude de photographier nos chambres d’hôtels. Pendant plusieurs années, j’ai pris ces photos avec l’équivalent d’un 24 mm. Quand les chambres étaient petites, je me retrouvais souvent avec des images au cadrage pas terrible. Là encore, le Lumix S 16-35 mm f4 me permet de faire de la photo immobilière dans les meilleures conditions. Son zoom démarrant à 16 mm, j’ai dans la majorité des situations le recul suffisant pour photographier l’ensemble d’une chambre.

Seul inconvénient, son ouverture de f4 qui peut être un peu juste dans les situations de basse lumière. Néanmoins, les Lumix S (S1 & S5) ont une très bonne montée en ISO. En plus, la stabilisation capteur permet de faire des poses longues même à main levée. De ce fait, à aucun moment l’ouverture ne m’a gêné pour mes photos immobilières.

photo chambre hôtel avec ultra grand angle
16 mm – 1/60 – f4 – ISO 320
photo immobilière Lumix S 16-35 mm f4
16 mm – 1/60 – f4 – ISO 1250

Mon objectif « lifestyle » en voyage

Nos vacances se font en famille ! Et notre matériel photo nous sert avant tout à photographier ces moments précieux que sont nos aventures vécues tous les trois en voyage. En randonnée, comme en visite, (et au quotidien aussi) nos téléphones ne nous servent plus à prendre des photos. Voilà pourquoi, particulièrement pour les vacances, je pars avec des objectifs qui me permettent, sans changer d’optique, de photographier un magnifique paysage puis quelques secondes plus tard, d’immortaliser ma petite famille.

Lumix S 16-35 mm f4 photo de paysage
35 mm – 1/60 – f9 – ISO 100

Un joli flou d’arrière plan pour un sujet qui se détache

Là encore, sur ce point, j’aime particulièrement le Lumix S 16-35 mm f4. Car à 35 mm, je peux cadrer pour faire des photos de portraits dans un genre « lifestyle ». Que ce soit en randonnée, en vacances au bord de mer ou lors d’un épisode neigeux à Lyon. En plus des clichés de paysages ou d’architecture, j’ai à côté, de jolis portraits de Benoît et notre fils. Et pour moi, ça n’a pas de prix. Bien sûr, le flou d’arrière plan ne vaut pas celui d’une optique portrait qui ouvre à f1.4. Mais j’obtiens des photos avec un sujet qui se détache très bien et un joli flou d’arrière plan. D’ailleurs, quand ce sont nos belles montagnes en arrière plan, on veut bien que le flou soit un peu moins marqué.

Lumix S 16-35 mm f4 bokeh
35 mm – 1/640 – f4 – ISO 100
Lumix S 16-35 mm photo portrait
30 mm – 1/3200 – f4 – ISO 100

Bref, voici un objectif qui répond parfaitement à ma double casquette de maman photographe ! En voyage, du paysage au portrait en passant par la photo d’architecture ou immobilière, je peux tout faire avec un résultat de qualité ! Bien sûr, pour du gros plan ou de l’animalier, on repassera. Bien que j’ai eu de la chance de croiser des bouquetins de très près et de pouvoir les photographier.

Lumix S 16-35 mm f4 : en vidéo, ça donne quoi ?

En vidéo, c’est comme en photo ! Pour commencer, voilà un zoom ultra grand angle sur lequel on peut fixer un filtre ND variable. Ainsi, on a pu facilement ajuster nos réglages vidéos malgré de fortes conditions lumineuses, certains jours. Pour filmer des paysages, il n’y a pas mieux.

Avec notre Lumix S1, on a filmé de nombreux plans en 5,9 K 30 images par seconde lors de nos randonnées autour de Chamonix et l’incroyable chaîne du Mont-Blanc. On a tourné la majorité des prises à main levée. L’absence de stabilisation optique n’a jamais été une difficulté. Il faut dire que la stabilisation capteur du Lumix S1 est excellente et suffit amplement pour un ultra grand angle. Il en est de même avec le Panasonic S5. Au besoin, comme il n’est pas très imposant, on peut facilement le monter sur un stabilisateur, d’autant plus avec le Lumix S5. À mon avis, c’est un excellent objectif autant pour filmer du paysage en plan large ou de l’intérieur. C’est d’ailleurs pour sa polyvalence photo & vidéo qu’on l’a choisit.

Prix du Lumix S 16-35 mm f4 Pro

Niveau tarif, il est vendu au prix de 1599€. Vous pouvez le trouver sur Amazon, Fnac.com ou encore Digit-Photo.

vue sur Lyon depuis Fourvière
35 mm – 1/400 – f7.1 – ISO 100

Mon retour d’expérience et avis sur le Lumix S 16-35 mm f4

Voilà presqu’une année que cet ultra grand angle m’accompagne. Au quotidien, je l’emmène pour photographier ma ville qui changent au fil des saisons. Pour immortaliser les couleurs du printemps ou un épisode de neige exceptionnel en hiver… il est facile à emporter. En voyage, c’est un peu mon objectif baroudeur car j’alterne facilement entre photographie de paysage et portrait lifestyle en famille. Il est très peu encombrant, comme nous marchons beaucoup, c’est forcément un plus.

pose longue filtre ND Lumix S 16-35 mm f4
35 mm – 1/4 – f4.5 – ISO 100

D’autant que grâce à la stabilisation 5 axes de mes Lumix S, j’ai pu aussi faire de la pose longue en journée. Pas besoin de trépied, j’ai photographié à main levée avec des temps de pose jusqu’à 1 seconde, avec un filtre ND variable fixé sur le Lumix S 16-35 mm f4.

De bons résultats en basse lumière

Je l’ai également testé en basse lumière, en intérieur, comme à la Grotte de Glace de Chamonix. Là bas, même avec son ouverture de f4, la bonne montée en ISO des Lumix S m’a permis de faire des photos de qualité. Ça ne vaut pas un grand angle avec une grande ouverture mais ça dépanne. Je l’ai même essayé en astrophoto pour photographier un ciel étoilé depuis la fenêtre du refuge où l’on dormait. Bref, personnellement, l’ouverture f4 me suffit amplement dans 99% des cas.

Lumix S 16-35 mm f4 astrophoto
16 mm – 20 secondes – f4 – ISO 160

En conclusion

Qualité d’images, polyvalence d’usage, ce Lumix S 16-35 mm f4 m’a convaincu au point de devenir mon ultra grand angle de prédilection, en voyage comme au quotidien. Car j’alterne souvent entre des cadrages très larges à 16 mm et des cadrages à 35 mm. Et ça, je ne peux pas le faire avec un objectif qui s’arrête à 24 mm. Ainsi, je ne me sens pas « frustrée » de devoir réfréner mes idées de composition. Il m’est même arrivée de partir avec lui uniquement ou seulement accompagnée du S 70-300 mm f4.5-5.6 dans le sac, au cas où. Pourtant, j’adore le S 24-105 mm f4 et m’en sépare que très rarement. Mais je sais maintenant que je peux obtenir de très belles photos uniquement avec le S 16-35 mm f4.

En effet, mon utilisation ne se cantonne pas au paysage. Sa plage focale me permet, alors, de l’utiliser à diverses occasions : pose longue, architecture, photo immobilière, portrait en mode lifestyle…et même de l’astrophoto. Intéressant en photo, il l’est aussi en vidéo puisqu’on peut lui fixer un filtre…Et son gabarit réduit permet de le monter facilement sur un stabilisateur. Bref, je ne lui ai trouvé aucun défaut, si ce n’est son prix élevé.

Face à ses concurrents ?

Sur la gamme des ultra grand angle, on a le choix en monture L. Le moins cher, c’est le Lumix S 20-60 mm f3.5-5.6, vendu avec le Lumix S5. C’est un objectif intéressant mais qui est plus un zoom kit qu’un véritable ultra grand angle. Il existe également le Sigma 14-24 mm f2.8 DG DN Art avec un tarif similaire. Je pense que ce dernier s’adresse aux photographes plutôt nature, qui font souvent de l’astrophoto et n’ont pas d’exigences en terme de poids. De même, ce 14-24 mm ne peut pas recevoir de filtres à l’avant. À l’inverse, le Lumix S 16-35 mm f4 s’adresse à tous ceux qui recherchent de la polyvalence photo/vidéo ainsi qu’une plus grande liberté de cadrage. Ou ceux qui ont besoin de visser un filtre à l’avant. Pour ma part, entre les trois, c’est ce dernier qui a ma préférence.

Et vous ? Quel est votre ultra grand angle préféré ?

Les photos de l’objectif ont été prises avec un Lumix S5 + Lumix S 70-300 mm f4.5-5.6.

Nous ne sommes pas rémunérés pour rédiger nos articles. Nous proposons du contenu 100% indépendant, sans partenariats avec les marques et sans bandeaux publicitaires intrusifs. En contre-partie, cet article contient des liens affiliés. Pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité, vous pouvez cliquer sur les liens Amazon, Fnac.com ou Digit-Photo avant d’acheter. Cela ne vous coûtera pas plus cher mais permettra de nous soutenir dans la rédaction de contenu de qualité sur notre temps libre.

Vous pourriez aimer aussi

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la conservation et la manipulation de vos données sur ce site.

2 commentaires

Franck Brémeault 4 juillet 2021 - 11 h 30 min

Super test encore une fois ! Bravo.

Répondre
Nadia et Benoit 4 juillet 2021 - 11 h 51 min

Bonjour Franck,

Merci 🙂

Bon dimanche,

Nadia.

PS : nous sommes un blog 100% indépendant des marques, n’hésitez pas à nous soutenir pour nous aider à continuer à rédiger des articles sur notre temps libre.

Répondre

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer, vous acceptez que nous en utilisions. Reportez-vous à la Politique de confidentialité relative aux cookies : Accepter En Savoir Plus