Olympus 75 mm f1.8 ED : avis et test terrain longue durée

par Nadia et Benoit

Depuis que j’ai commencé la photo, j’ai toujours voulu réussir de beaux portraits avec un joli flou d’arrière plan. Et dans ce style de photo, ce que j’aime, c’est pouvoir être loin de la personne que je photographie. C’est pour cette raison que nous avons acheté le superbe Olympus 75 mm f1.8 Zuiko ED Digital à fixer sur notre Lumix G9. En micro 4/3, c’est la seule optique qui permet d’avoir un niveau de focale de 75 mm avec une aussi belle ouverture de f1.8. Maintenant que nous possédons cet objectif depuis plusieurs mois, il était temps de vous faire découvrir ce bel objectif pour hybride Olympus et Lumix G/GX/GH via notre test terrain ! Quel est mon avis personnel ? Quel type de photo peut-on prendre avec ? Voici mon retour d’expérience.

Olympus 75 mm f1.8 Zuiko Digital ED

Prise en main du Olympus 75 mm f1.8

Avant d’entrer dans le vif du sujet sur la partie photo, commençons par la prise en main. Un objectif, c’est avant tout un bel objet que l’on achète aussi pour son esthétisme. En tout cas, pour ma part, j’accorde de l’importance au style de mes optiques. Ici, je n’ai pas été déçue.

Si ce n’est pas le plus clinquant des modèles en micro 4/3, on a malgré tout ici une finition métal. Au delà du snobisme que l’on peut penser à préférer le métal au plastique, c’est une matière qui reste bien plus agréable au toucher. En été, notamment, le plastique a tendance à coller aux doigts. Là, aucun problème, c’est « smooth » comme diraient les anglais. Les mains glissent mieux sur le métal, même par une journée de grosse chaleur. Un objectif en métal c’est aussi une optique qui a une meilleure durabilité. Bref, à peine sortie de son emballage, on sent un produit de qualité.

Il n’est peut-être pas estampillé pro chez Olympus mais il a tout d’un modèle de cette gamme tant dans les finitions que les photos que l’on obtient (je vais y revenir).

Une compacité et une légèreté bluffante

Au premier abord, ce qui est assez exceptionnel avec cet objectif, c’est son encombrement ! Si vous venez du reflex et/ou du plein format, il y a de quoi être bluffé. A tous ceux pour qui le poids est un critère dans le choix du matériel, cette petite optique va vous plaire.

En effet, cet Olympus 75 mm f1.8 Zuiko a un encombrement très faible puisque son poids est de seulement 305 grammes alors qu’il équivaut à un 150 mm en plein format. On est loin des 950 grammes d’un 135 mm en hybride full frame. Et en plus de son poids très faible, il est d’une compacité à tout épreuve puisqu’il ne mesure que 80 mm. Ca paraît anecdotique mais ça signifie qu’il se glisse facilement dans un sac. Pour les amateurs de photo qui aiment partir léger, voilà un critère important.

Un gabarit idéal pour les Olympus OM-D et les Lumix GX

D’ailleurs, avec son encombrement modéré, voilà un objectif dont le gabarit se prête parfaitement aux boitiers Olympus OM-D. Compatible avec les hybrides Lumix micro 4/3, cette optique « minuscule » va comme un gant sur un Lumix GX, comme le GX9. Nous concernant, nous l’avons testé avec un Lumix G9. Le duo donne un style assez original. Mais avec cette petite optique, j’ai apprécié de glisser mon appareil photo dans un petit sac plutôt qu’un sac à dos. J’ai retrouvé également mes souvenirs de jeune maman qui partait légère avec son bébé ! On peut même, s’imaginer sortir avec directement autour du cou tant le porter n’est pas une charge.

Olympus 75 mm f1.8 ED test terrain

Une bonne qualité de construction

Hormis sa finition métal, on est sur un objectif au style très simple avec juste une bague de mise au point. Ici, pas de bouton pour alterner entre AF/MF, ni de bague d’ouverture. S’agissant d’une optique dédiée au portrait, où l’on oscille beaucoup entre les différentes ouvertures, c’est un peu dommage. Néanmoins, je préfère me servir des molettes disponible sur mes Lumix, cela ne m’a donc pas gêné dans ma pratique. De même, je préfère commuter entre l’autofocus et la mise au point manuelle sur le boitier directement. Sur ce point, la bague de mise au point manuelle tourne avec beaucoup de fluidité et cette mise au point manuelle se fait vraiment facilement.

Pas de tropicalisation mais qui prend des portraits sous la pluie ?

J’aurai quand même quelques reproches à faire à cet objectif. Le premier : il n’est pas stabilisé ! L’ayant utilisé sur un Lumix G9 avec une bonne stabilisation capteur, cela ne m’a jamais gêné ! Et vu le poids modéré de l’objectif, on a une bonne prise en main. Deuxième reproche : il n’est pas tropicalisé ! Néanmoins, vu que cette optique est plutôt pour le portrait, on photographie rarement sous la pluie…! Et pour ma part, si je devais m’essayer à du portrait sous la pluie, j’achèterai une protection pluie qui peut servir à diverses occasion. De plus, il est fourni sans pare-soleil et sans housse de protection…Certes, les photos de portraits se font plutôt en studio ou avec du matériel pour la lumière tel des réflecteurs…mais quand même, c’est dommage.

Il faut savoir, qu’au besoin, vous pouvez acheter un pare-soleil en complément. Enfin, sa taille de filtre est de φ58 mm. Et comme pour tous nos objectifs, nous y avons fixé un filtre protecteur.

objectif portrait léger compact en micro 4/3

Quelle compatibilité avec les hybrides Lumix micro 4/3 ?

Enfin, pour finir sur les aspects techniques, cet objectif est-il parfaitement compatible avec un hybride Lumix ?

En effet, voilà un modèle parfaitement compatible avec les appareils photos hybrides Lumix G, GX et GH ! Vous n’avez pas besoin de bague d’adaptation et vous aurez accès à toues les fonctionnalités ! Pourquoi ? Parce que Panasonic et Olympus ont créé un partenariat sur la gamme micro 4/3. Et vu que c’est la seule focale fixe à 75 mm avec une ouverture de f1.8, vous auriez tort de vous en priver ! D’ailleurs, nous l’utilisons avec un Lumix G9 mais il irait parfaitement sur notre ancien Lumix GX9 !

Attention, cet objectif n’est pas compatible avec les hybrides Lumix S qui sont en plein format.

Maintenant que tous les aspects techniques ont été évoqué, qu’en est-il de l’usage photo ? Qu’est-ce qu’on prend comme photo avec ? Et pour quel résultat ?

L’Olympus 75 mm f1.8 : le compagnon du portrait

Avec sa focale de 75 mm, on a ici un objectif intéressant pour prendre des photos de portraits. C’est d’ailleurs pour cet usage que je l’ai acheté. Et là, je vous ai sûrement perdu ! Vous avez du lire régulièrement qu’un objectif micro 4/3portrait est une focale fixe à 25 mm ou 42.5 mm ! Et c’est vrai, ces niveaux de focales sont très utiles pour le portrait. Mais alors pourquoi le 75 mm aussi ?

Olympus 75 mm f1.8 avis photo portrait
ISO 200 – f2.8 – 1/3200

Des portraits naturels grâce à sa focale de 75 mm

Car tout dépend de la distance à laquelle le photographe souhaite se tenir par rapport à la personne qu’il photographie. Si pour ma part, j’utilise beaucoup la focale 42.5 mm, notamment à l’appartement. Je voulais essayer une optique qui me permettrait de me tenir éloignée de mon sujet. Moi qui aime, par dessus tout, photographier en extérieur, j’ai trouvé l’optique idéale.

Faites vous oublier de votre sujet !

Ainsi, l’avantage de la focale de 75 mm c’est que même pour un cadrage au niveau du buste, on se tient éloigné de la personne que l’on photographie. Cela donne alors des portraits bien plus naturel. C’est surtout vrai avec les enfants. Moi qui prend beaucoup de photos de mon fils, cela permet qu’il ne change pas son comportement à la vue de l’appareil photo ! Là, il n’y fait plus attention et continue de jouer comme si je n’étais pas présente. Même avec les adultes, voici une distance très utile ! Grâce à cet objectif, Benoît, qui déteste poser, a réussi à être bien plus naturel sur les photos.

Ainsi, quand j’ai photographié Benoît en plan serré sur la première photo, je me tenais facilement à 3 mètres de lui. Cela lui a permis de bien moins sentir ma présence et donc de poser avec beaucoup plus de spontanéité ! Et pour nos photos de plein pieds, je me tenais entre 10 et 15 mètres. Quand on a un enfant ou des proches qui changent de comportement à la vue de l’appareil photo voilà une optique qui se fait totalement oubliée ! Et c’est pour cela que je l’ai acheté !

test Olympus Zuiko 75 mm f1.8 ED
ISO 200 – f2.8 – 1/3200

Un objectif plutôt pour l’extérieur

D’ailleurs, ce n’est pas pour rien que la distance minimale de mise au point est de 84 cm, alors que sur le Panasonic Leica 42.5 mm f1.2 la distance minimale de mise au point est de 50 cm. Plus simplement, la distance minimale de mise au point est la distance entre l’appareil et le sujet en dessous de laquelle votre sujet sera flou ! L’appareil ne pourra pas faire la mise au point, en manuel comme en automatique.

Aussi, avec cet objectif, il faut minimum 84 cm entre l’appareil photo et la personne que l’on photographie. Alors, même si la marque le met en avant comme une optique portrait pour de la photo studio, je pense que c’est plutôt un objectif pour l’extérieur. Quand on sait qu’il faut se tenir à facilement 3/4 mètres de son sujet pour un plan serré, on comprend mieux. En tout cas, je ne l’ai pas testé dans notre petit appartement où le recul manque quotidiennement. Quand j’ai 2 mètres de distance, c’est déjà super ! J’ai plutôt profité de toutes les qualités de cet objectif dans un parc ! Là, pas de problème de recul, il y a de quoi revenir avec de superbes photos. D’ailleurs, si vous avez de la place chez vous ou si vous avez un jardin, pour photographier des enfants ou des photos de mode, il est excellent.

objectif portrait micro 4/3 avis
Ici, mon fils m’a littéralement oublié pour vaquer à ses petites occupations dans le parc ! Pas de sourire forcé, il s’amuse ! Et c’est comme ça à chaque fois que j’emmène cet objectif !
ISO 200 – f1.8 – 1/2500

En extérieur, alternez les différents plans : large ou serré !

Une fois cette distance minimale de mise au point intégrée, tout l’intérêt de cet objectif c’est de pouvoir alterner des plans de cadrage très différents. Ainsi, Benoît et moi, nous nous sommes photographiés autant de plein pieds qu’avec un cadrage au niveau du buste ou même du visage. Cela permet de faire une série de photos avec un rendu très différent. Mais qui fait mouche, à chaque image.

Bien sûr, comme c’est une focale fixe, on ne peut pas zoomer, ni dézoomer. C’est au photographe de se déplacer par rapport à la personne qui le photographie. Concrètement, on a donc du reculer, avancer, tourner autour de notre sujet pour bien le prendre en photo. Et si ça paraît difficile au début, c’est aussi très formateur.

avis utilisateur Olympus 75 mm f1.8
ISO 200 – f2 – 1/5000

Là encore, pour Benoît comme moi, qui ne sommes pas habitués à poser mais plutôt à être derrière l’objectif, cette focale a été intéressante. Quand Benoît m’a photographié, avec le Olympus 75 mm f1.8, il a été plus facile pour moi de sourire, d’être naturelle que lorsqu’il a fait les mêmes essais avec un 25 mm. D’ailleurs, j’ai très peu fixé l’appareil photo en fin de compte. Bien sûr, la focale ne fait pas tout ! Et de nombreux zooms, moins chers, permettent de se mettre à 75 mm pour espérer un rendu similaire. Seulement il y a un mais !

Un magnifique flou d’arrière plan pour sublimer le sujet avec le Olympus 75 mm f1.8

Le vrai intérêt de cette optique, c’est évidemment son ouverture ! Avec une ouverture de f1.8, c’est le seul objectif en monture micro 4/3 qui offre un tel niveau de focale. Et pour avoir eu un excellent Lumix 35-100 mm f2.8, j’avais vraiment hâte de tester ce niveau d’optique. Et je n’ai pas été déçue, évidemment.

Mais alors à quoi ça sert une telle ouverture de f1.8 ? Plus le chiffre de l’ouverture est petit, plus on va avoir un superbe flou d’arrière plan. Et justement, c’est ce que l’on recherche en photographie de portrait. Cette ouverture f1.8 permet de détacher le sujet qui est isolé du reste de la scène. Et personnellement, c’est ce que je recherche en photo : une grande netteté et un beau bokeh ! Si, comme moi, vous aimez les photos avec beaucoup de profondeur, voilà une optique faite pour vous.

objectif portrait micro 4/3 test terrain
ISO 200 – f1.8 – 1/1250

Idéal aussi en basse lumière ou pour de la photographie de sport

L’autre intérêt d’un telle ouverture, c’est pour les situations de faible luminosité avec un sujet en mouvement. Avec ce niveau de focale, voilà à quoi cet objectif pourrait vous servir !

Imaginez, vous êtes à un spectacle de danse, éloigné de la scène et vous voulez photographier ce moment important ! Sortez votre Olympus 75 mm f1.8 et grâce à son ouverture, vous allez pouvoir utiliser des vitesses de prise de vue suffisamment rapide pour avoir des sujets nets en action ! Et cela vaut pour toutes les activités sportives ! Voilà donc un objectif intéressant pour ceux qui aiment la photographie de sport. D’ailleurs, j’ai, évidemment, pas mal photographié mon fils qui joue au foot avec. (Bien sûr, s’agissant d’une focale fixe, le cadrage dépendra de votre distance par rapport au sujet…)

Olympus 75 mm f1.8 test terrain utilisateur
ISO 200 – f2.8 – 1/3200

Mais comme avec tout objectif, la seule limite est votre créativité. Ainsi, j’ai aussi photographié des animaux du parc, des fleurs, …à tel point que j’avais pré-sélectionné plus d’une centaine de photos pour ce test terrain. Finalement, la contrainte que représente une focale fixe en terme de cadrage à décupler notre imagination !

Prix du Olympus 75 mm f1.8 Zuiko Digital ED

Niveau tarif, cet objectif coûte 870€. Il est disponible sur Amazon, Fnac.com et Digit-Photo. Son prix peut paraître élevé mais il faut savoir qu’en micro 4/3 c’est le seul objectif à ce niveau de focale. Si on compare sur APS-C, le Fuji XF 90 mm f2 qui a une moins bonne ouverture est vendu plus cher. Et sur plein format, le Sony 135 mm f1.8 coûte le double…Le choix est donc vite fait !

Olympus Zuiko 75 mm f1.8 Digital ED test terrain
ISO 200 – f1.8 – 1/3200

En conclusion

Voilà un objectif en métal avec une bonne qualité de construction et une bague de mise au point parfaitement fluide. Il n’est certes pas stabilisé, ni tropicalisé. Mais quand on achète un Olympus 75 mm f1.8 ce n’est pas pour le mettre sous la pluie, ni pour filmer ! Et au besoin, si vous voulez faire un remake de Singin’ in the Rain, optez pour une housse de protection pluie.

Car niveau usage, entre son niveau de focale et son ouverture, voilà une optique taillée pour le portrait ! Il est idéal pour photographier son sujet avec beaucoup de naturel. En effet, la personne photographiée oublie le photographe du fait de la distance que le niveau de focale permet. Et grâce à son ouverture, on obtient des portraits avec des superbes flous d’arrière plan. En somme, le must !

D’un point de vue personnel, cet objectif me paraît plutôt utile pour des photos en extérieur. D’ailleurs, si vous avez la chance de disposer d’un jardin, voilà une focale intéressante.

Face à ses concurrents ?

Quand on est sur micro 4/3, à vrai dire, c’est la seule optique fixe à ce niveau de focale ! Les autres objectifs portraits sont à 25 mm ou 42.5 mm. Ils demandent de s’approcher bien plus du sujet quand on souhaite des cadrages très serrés. Or, lorsque l’on photographie des personnes pas très à l’aise pour poser, c’est plus compliqué d’obtenir des photos naturelles. Je parle en connaissance de cause avec mon Benoît et mon fils qui sont du genre récalcitrants ! Là, j’ai réussi à capter plus facilement leurs spontanéités ! Voilà pourquoi j’ai opté pour cette optique pour photographier mon enfant au parc, notamment.

Et vous ? Que pensez-vous de cet objectif ?

Vous pourriez aimer aussi

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la conservation et la manipulation de vos données sur ce site.

10 commentaires

Saab 2 novembre 2022 - 22 h 08 min

Ça fait toujours plaisir un test de cet excellent objectif. La qualité des images est très bonne, la focale de 75mm est super pour les portrait en extérieur en effet et pour la photo de rue ou de voyage, il permet de faire des choses très intéressantes si on est créatif.

Après autre très bon objectif aussi qui fait la jonction entre le 45mm et le 75mm (mais bien plus abordable tarifairement), le Sigma 56mm 1.4 qui est redoutable en termes de qualité d’image et offre une ouverture encore plus grande.

Répondre
Alex 1 mai 2021 - 23 h 19 min

Coucou Nadia,

Je l’ai adoré sur GX9, je l’adore encore plus sur G9. Qu’il ne soit pas stabilisé n’est finalement pas un problème vu que les derniers boitiers mFT ont un capteur stabilisé et qu’en portrait le temps de pose est souvent assez court pour s’en passer, et qu’il ne soit pas « tropicalisé » n’empêche pas tellement de l’utiliser sous la pluie en fait (une chose qu’Olympus aurait pu faire quand même, surtout à ce prix, c’est de fournir le pare-soleil qui peut aussi protéger la lentille de la pluie).
C’est le seul objectif Olympus que j’ai vu que c’est le seul 75mm pour mFT, et personnellement je l’utilise aussi beaucoup en voyages pour certaines prises de vue (dans les musées pour des statues par exemple, je m’éloigne et je cadre serré, les pékins en-dessous collés avec leurs smartphones ne me gênent plus ^^). Mais c’est sûr que là où il brille le plus c’est en portrait avec une superbe qualité optique. Sur les dimensions et le poids c’est en réalité tout à fait logique, un 75mm reste un 75mm, il est donc assez proche de la plupart des 85mm f/1.8 en FF.
Et oui, Olympus a vendu sa division photo à un groupe qui n’est pas connu pour faire perdurer ce qu’ils achètent, mais ça n’empêchera pas les boitiers et surtout les optiques Olympus existantes de continuer à exister 😉 . Niveau boitier je trouve que les E-M10 étaient bien placés niveau tarif, quand Panasonic nous propose des boitiers entrée de gamme sans EVF…en revanche sur les haut de gamme c’était un peu surcoté.

Répondre
Patrick 14 mars 2021 - 21 h 52 min

Bonsoir Nadia,

Merci pour ce test, je cherchais justement un beau caillou à monter sur mon G9, vous m’avez convaincu.
Merci pour tous vos tests (je les ai tous lus!) accompagnés de jolis clichés. continuez comme ça surtout. Un grand bravo 🙂

Répondre
Nadia et Benoit 17 mars 2021 - 13 h 42 min

Bonjour Patrick,

Je suis ravie que le test t’ait plu ! Et ravie que nos tests te plaisent ! Ca nous fait plaisir que nos photos soient appréciées ! On se creuse pas mal la tête, en dépit du contexte, pour proposer du contenu agréable à lire et à regarder 😉

Merci encore !

A bientôt,

Nadia.

PS: si notre contenu vous plait, n’hésitez pas à soutenir notre blog que l’on rédige en toute indépendance. Cela nous aidera à continuer !

Répondre
Stéphan Le Gac Savoye 14 mars 2021 - 11 h 51 min

Nadia, Benoit,

Je suis enfin ravi de lire un test « Casual » de ce magnifique objectif qui est à mon goût trop sous-estimé dans l’univers du M/43. J’entends par là qu’on en parle finalement assez peu.

Je fais du Portrait de rue depuis quelques années et je n’utilise quasiment que cet objectif et mon G9. J’ai bien quelques clichés fait au Sigma 16mm 1.4 mais je reviens systématiquement à cet objectif, tant il répond à ma façon de pratiquer la photo de rue. Je travaille habituellement avec le trio Leica 8-18mm / Nocticron 42.5mm / Leica 50-200mm, mais je ne me séparerais pour rien au monde de ce 75mm.

Merci à vous pour votre test.

Répondre
Nadia et Benoit 14 mars 2021 - 18 h 05 min

Bonjour Stéphan,

Merci pour ce gentil commentaire ! Moi aussi j’aime beaucoup cette focale ! J’aime beaucoup les longues focales pour nos photos de famille en extérieur ! Et avec une telle ouverture, c’est quand même chouette ! Il aurait été super à l’époque où nous avions le GX9 !

je vois que vous avez une belle brochette d’objectifs 😉 Le Leica 42.5 mm f1.2 est aussi souvent fixé en intérieur comme en extérieur pour nos photos de famille !

Ravie que le test vous ait plu !

A bientôt,

Nadia.

PS: si notre contenu vous plait, n’hésitez pas à soutenir notre blog que l’on rédige en toute indépendance. Cela nous aidera à continuer !

Répondre
Olivier 9 avril 2021 - 18 h 24 min

Bonjour,
Je regarde les différentes infos sur le G9. Je suis passé du FF (Nikon D700) à l’Olympus EM1 Mk1. J’allais acheter le Mk3 et patatra …Olympus se retire du micro 4/3. Quant à Pana difficile d’y voir claire sur sa stratégie à 5 ans (FF vs 4/3). Sortie d’un G10 (ou G9 Mk2) qui risquerait de cannibaliser le S5 (le G9 est sorti en 2018 …)? Ou maintient du micro 4/3 ..mais plus pour le volet « vidéo » quand je suis intéressé par la photo…
Dès lors je me demandais quel était votre niveau de satisfaction de votre G9 avec ce triptyque d’objo Leica ?

Par ailleurs merci à Nadia et Benoit pour leur site très intéressant : je vois que pour votre part vous avez franchi le pas du FF avec le S5. Ce qui me rebute avec le FF c’est bien entendu la taille des objos. Et surtout mon souhait perso c’est de pouvoir faire des tirages de bonne qualité et en grand format et avec des logiciels comme Topaze Gigapixel je me demande si l’avenir est vraiment du côté du FF !…

Merci encore.
Cordialement.
Olivier

Répondre
Nadia et Benoit 10 avril 2021 - 8 h 51 min

Bonjour Olivier,

Attention, Olympus ne s’est pas retiré du micro 4/3 ! La marque a juste vendu sa division photo à un investisseur. Il y a beaucoup d’hystérie, à mon avis, sur cette vente. Il faut bien imaginer que le but de l’acheteur de la division photo, c’est que celle-ci perdure et lui permette de faire des bénéfices 😉 S’ils ont dépensé de l’argent, c’est pour en gagner !

Ensuite, oui, nous sommes très satisfaits de notre Lumix G9 qui nous suit partout depuis trois ans 🙂 On en parle rapidement dans notre article sur débuter avec un Lumix G9.

Nous l’utilisons principalement pour le super zoom Leica 100-400 mm et pour la compacité que permet le micro 4/3. Et les optiques de qualité que nous avons acheté, nous ont toujours donné satisfaction.

En effet, nous avons passé le pas du plein format car la montée en ISO des Lumix S est assez incroyable et c’est un besoin que nous avions. On a gagné une qualité de photo espoutouflante. Mais bien sûr, on ne peut pas tout avoir et on perd en compacité 😉 Voilà pourquoi nous avons décidé de prendre les avantages des deux montures !

Et pour avoir les deux, les tirages photos même en agrandissement sont superbes ! (même un peu plus en plein format, c’est logique). Attention, la capacité de faire des agrandissements dépend de la résolution du capteur (millions de pixels) et non de la taille du capteur. Il vous fonc donc seulement une bonne résolution 😉

Moi je pense que l’hybride plein format est l’avenir pour se démarquer du smartphone. D’ailleurs, les marques sortent beaucoup de modèles dans cette catégorie et de plus en plus d’optiques et notamment des plus petites 🙂

Merci pour votre commentaire,

Bonne journée,

Nadia.

PS : N’hésitez pas à soutenir notre blog que l’on rédige en toute indépendance. Cela nous aidera à continuer !

Répondre
Barbe 10 avril 2021 - 10 h 58 min

Bonjour Nadia,
Merci pour ce retour. Les interrogations sur 4/3 vs FF sont très partagées sur les différents sites et je comprends bien votre analyse qui consiste en la cannibalisation du micro 4/3 par les smartphones. Pour en revenir aux agrandissements photos puisque je ne m’intéresse pour le moment qu’à la partie photo oui tout a fait ce qui compte – du moins pour partie – c’est la résolution et c’est en ce sens que lorsqu’on voit ce qu’est capable de faire un logiciel comme Topaze gigapixel on peut se demander si l’évolution des systèmes photographiques ne va pas aller de ce côté. D’ailleurs, même si c’est pas de l’intelligence artificielle comme Topaze, Olympus et Pana ont doté leurs derniers boitiers de possibilités de faire des photos haute définition de 40, 50 ou 80 millions de pixels a main levée (Olympus Em1 Mk3) ou sur pieds (pana G9) (avec des imitations bien sûr par rapport à des capteurs haute résolution natifs…).
Là ou je suis beaucoup plus sceptique que vous sur la vente d’Olympus c’est que je crains que le repreneur n’ait racheté Olympus que pour faire un bénéfice à court terme sur le stock de produit Olympus restant à écouler. L’entité qui a acheté Olympus est la même que celle qui avait racheté le ordi portables SONY VAIO. J’avais acheté un tel ordi (un des meilleurs écran dispo) …J’en ai changé car il m’était impossible de le réparer (juste pour un problème de charnière!!). Cherchez aujourd’hui des SONY VAIO …il n’y en a plus…Personne a mon avis ne pourra faire de l’Olympus …à part Olympus.
Ce qui est d’ailleurs assez intéressant à observer c’est qu’à contrario les marques qui font du FF ne cessent de sortir des objos en F4 (24/70,70/200…) voire limite la plage de zoom (dernier sigma 28/70) … pour gagner … en compacité ! Quand je vois la compacité/qualité de mon 12/40 2.8 Zuiko ! ou mon 17 1.2 !
Après évidemment un système photo répond à des besoins et c’est sûr qu’un professionnel du portrait par exemple pourra vouloir ce qui se fait de mieux en matière de mise au point auto (bonjour canon R5/R6 …).
Et j’allais oublier aussi un point très important concernant l’ergonomie et la qualité du viseur. Sur ce point le G9 à l’air au top : je ne comprends pas que tous les constructeurs ne mettent pas dans leurs boitiers le même système qui permet d’avoir différentes natures d’agrandissements dans le viseur comme sur le G9. Je trouve ça top. Car pour moi un viseur ne doit bien sûr pas être trop petit (entrée/moyen gamme) mais pas trop grand non plus car je pense qu’il faut pouvoir embrasser le champ de vision d’un seul coup et non en parcourant le viseur de haut en bas ou droite gauche. En clair c’est comme lorsqu’on va au cinéma : je ne me mets jamais au premier rang ! Ce point renvoie au champ de vision humain et à ses capacités d’analyse…
Pour en revenir aux stratégies des acteurs du marché de la photo il est bien difficile de voir ce que va faire Panasonic avec le 4/3. Je pense qu’il est dans uns situation atypique du fait de la part importante du marché qu’il a avec ses boitiers GH en micro 4/3 voués à la vidéo (GH5…). Dès lors beaucoup de monde attend une évolution de ce boitier …mais quid d’un successeur au G9 (G10 au G9 Mk2). Et là la question se pose pour Panasonic de cannibaliser …la vente de ses FF…S5 en tête ! Auriez vous « craqué » pour le S5 si Pana sortait un G9 encore meilleur ?

Encore merci pour votre retour.
Bien cordialement.
Olivier

Répondre
Nadia et Benoit 25 avril 2021 - 22 h 18 min

Bonsoir Barbe,

Oui je connais bien l’histoire de Sony, un de nos amis était responsable rayon dans la boutique Sony à l’époque ! On a vécu tout ça en direct 🙂 On verra si l’avenir s’annonce pareil pour Olympus. Après, honnêtement, ils font du matériel superbe mais les tarifs, surtout des boitiers, ne sont pas compétitif !

Franchement, nous avons craqué pour le plein format dès le S1 fin 2019 😉 C’est un coup de tête réfléchi que d’être passé au plein format car on avait fait le tour du micro 4/3 (on est dessus depuis 2015) et de l’APS-C. Après, on a toujours notre G9 car chaque taille de capteur a ses avantages et ses inconvénients. Voilà pourquoi je ne les oppose jamais. On est partis, cette semaine, avec un 150-600 mm en full frame…et bien si les photos sont superbes, pour le confort d’utilisation on repassera ! Sur les gros zooms, vive le micro 4/3 😀 Alors que pour les portraits de mon fils, vive le plein format 😉

Tout est question d’usage et de besoin. (et de budget aussi, bien sûr).

Bonne soirée,

Nadia.

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer, vous acceptez que nous en utilisions. Reportez-vous à la Politique de confidentialité relative aux cookies : Accepter En Savoir Plus