Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports : le test terrain

par Nadia et Benoit

Dans mon sac photo, le télé-objectif est un indispensable pour apporter un regard différent par rapport au zoom standard. J’aime particulièrement les télé-objectifs puissants. Alors, dès sa sortie, le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports m’a immédiatement tapé dans l’oeil ! Je pensais patienter jusqu’à l’été pour l’emmener en randonnées dans les Alpes. Mais je n’ai pas pu attendre tout comme ma petite famille ! Et c’est tant mieux car je me suis beaucoup amusée à photographier oiseaux, animaux du zoo, skateurs ou encore la Lune avec ce télé-objectif compatible en L-Mount avec les Lumix S, Sigma fp, Leica SL et les Sony Alpha en E-Mount. Surtout, comme je m’y attendais, il a une superbe qualité optique et de nombreux atouts ! Alors, je vous emmène en randonnées avec moi pour découvrir mon avis sur le Sigma 150-600 mm f5-6.3 à travers un test terrain très éclectique.

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports

Ergonomie du Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports

Commençons, vous en avez l’habitude, par sa prise en main et l’ergonomie de ce télé-objectif. Car vous allez voir, qu’il y a beaucoup à dire.

En premier lieu, le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports ne s’encombre pas des questions de légèreté. Avant même d’ouvrir la boîte, on constate que c’est un sacré morceau. D’ailleurs, pour l’anecdote, quand on l’a reçu, mon fils a immédiatement affirmé que je ne pourrai pas porter ce télé-objectif. Quel taquin ! Il faut dire que son poids de 2,1 kilos, est loin d’être anodin. C’est d’autant plus vrai quand on randonne et que l’on photographie à main levée. Si vous n’aimez pas l’effort, ce télé-objectif n’est pas fait pour vous. Je vous rassure, si j’y arrive, vous arriverez à le porter !

Sigma 150-600 DG DN prise en main

Car renoncer à cet objectif pour son poids, c’est se priver du réconfort de revenir de vacances avec de superbes photos. Je dois quand même préciser que si on le compare à son équivalent reflex, le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG HSM OS Sports, il a quand même perdu 700 grammes. Joli régime ! À noter, sa taille de filtre est de φ95 mm. Et sur ce beau caillou, je vous conseille de fixer un filtre protecteur. C’est d’autant plus vrai si vous randonnez vous aussi.  

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports : un poids conséquent

En second lieu, ce qui est aussi impressionnant, c’est son encombrement. Il mesure 26 cm de long. Évidemment, n’imaginez pas passer inaperçu avec ! Même les chiens de traîneaux semblaient fort intéressés par mon matériel plutôt que par leur balade. Je vous conseille aussi d’avoir un bon sac photo pour le transporter. Car justement, ce beau télé-objectif, je l’ai emmené avec moi autant dans le parc près de chez moi que dans les Alpes pour les dernières randonnées d’hiver. J’étais tellement impatiente de prendre des photos avec lui que je n’ai pas pu attendre l’été et les marmottes.

Oubliez la discrétion !

Vu son gabarit, dans notre sac Peak Design de 30L, il prend toute la hauteur sur un côté. Je vous rassure, on avait quand même la place pour ranger le Lumix S1 ou encore le Lumix GH6 ! Je dois dire que je n’ai même pas essayé de le glisser dans mon sac Peak Design en 20L. Une fois calé dans le sac, il se transporte sans difficultés. En randonnées, je ne me suis pas vraiment baladée avec autour du cou, surtout que l’on s’enfonçait rapidement dans la poudreuse. J’ai préféré le sortir uniquement quand j’en avais besoin pour photographier la scène qui m’intéressait. Vu que la photo au télé-objectif demande de la patience, ce n’est pas gênant de procéder ainsi. En effet, le Sigma 150-600 mm f5-6.3 n’est pas vraiment un objectif type reportage qui nécessite de l’avoir tout le temps autour du cou pour photographier à la volée.

Sigma 150-600 mm DG DN Sports poids

Une prise en main équilibrée avec les Lumix S

Bien qu’il soit imposant, grâce à l’ergonomie de mes Lumix S, j’ai obtenu une prise en main très équilibrée. C’est d’autant plus vrai quand on le monte avec le Lumix S1 qui a une poignée très creusée. Le Lumix S5 permet aussi une prise équilibrée même à main levée. Alors bien sûr, il faut accepter de se promener avec un boitier + objectif de 3 kilos. Mais si vous lisez ce blog régulièrement, vous savez que je n’ai que faire du poids du matériel. Je ne dis pas non à la légèreté mais quitte à choisir, je préfère la qualité. Et de ce point de vue là, vous verrez que ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 est un télé-objectif de très grande qualité. 

Je dois préciser que pour le tenir plus facilement entre deux prises de vue, ce télé-objectif dispose d’une poignée que l’on peut pivoter pour une prise en main facilitée lorsque l’on marche. J’ai quand même un reproche à faire à cette poignée, je la trouve un peu courte, même avec mes petites mains. Au début, j’aurai préféré qu’elle soit un peu plus longue. Par la suite, je m’y suis adaptée. Pour le reste, voilà une optique avec une superbe construction. 

Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports L-Mount

Le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports est un télé-objectif haut de gamme

Dès que l’on ouvre la boîte, on se rend vite compte que c’est un objectif haut de gamme. Tout d’abord, il est fourni avec une housse rembourrée, idéale pour le transport et on peut même accrocher cette housse à une valise. Ainsi, cela prend moins de place dans le sac photo. Il est également fourni avec un gros pare-soleil qui se visse et qui est également protégé par une housse. On retrouve la qualité et le sens du détail que j’apprécie chez Sigma. 

Bague de zoom et bague de mise au point manuelle

En terme de construction, assez classiquement, on trouve une bague de mise au point manuelle. Elle est très fluide ainsi la bague de zoom tourne également très bien. Par contre, comme avec le Sigma 100-400 mm f5-6.3 DG DN Contemporary, j’ai un reproche à faire. La bague de mise au point manuelle se situe avant la bague de zoom. Concrètement, la bague de zoom est à l’extrémité de l’objectif.

Sigma 150-600 DG DN OS Sports ergonomie

Moi qui suis petite, je ne peux que difficilement zoomer en même temps que je cadre. Je suis obligée de zoomer en prenant mon appareil photo de côté pour accéder au niveau de zoom maximal. Quand on doit zoomer rapidement pour photographier un oiseau, c’est pénible. Il faut dire que ce n’est pas le genre d’objectif qui s’accommode de la précipitation. Je vous rassure, au bout de quelques séances photos, on s’y habitue mais au début, j’ai un peu pesté.

Un télé-objectif pour les photographes patients

Et c’est normal, n’imaginez pas réussir des photos en vous dépêchant. Avec Benoît et notre fils, on a repris goût à prendre le temps. Nous sommes parfois restés de longues heures pour réussir à photographier les mésanges. Et franchement, c’est aussi plaisant d’arrêter sa montre de temps en temps. Le temps long, c’est un de nos plaisirs en photo. Je ne dis pas là que nos photos étaient difficiles à obtenir mais seulement que pour réussir LA photo qu’on a en tête, cela demande de la patience. Or, à mesure qu’on pratique avec ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports, on en garde que le positif. C’est d’autant plus vrai quand on regarde les photos en rentrant chez soi. Là, on oublie tous les efforts, il ne reste que la satisfaction du résultat obtenu.

photographier en famille avec télé-objectif les oiseaux

De nombreux boutons autant utiles que nécessaires

Évidemment, c’est aussi très classique, on trouve un bouton AF/MF pour alterner entre mise au point manuelle et mise au point automatique. C’est très pratique pour changer de mode de mise au point. Benoît utilise pas mal ce bouton sur l’optique directement. Moi, je préfère passer par le boitier. Et à vrai dire, nous avons très peu utilisé la mise au point manuelle tant la mise au point automatique a bien fait le job. Il n’y a que pour photographier des cormorans au loin derrière des hautes herbes que nous sommes passés en mise au point manuelle. Également, pour les photos de Lune, je suis toujours en mise au point manuelle. Pour le reste, toutes les photos et vidéos ont été prises en automatique.

Bague de verrouillage et de distance de mise au point

Mais en terme de boutons, il y en a pleins d’autres ! À commencer par la possibilité de choisir la distance à laquelle se trouve le sujet. On peut, en effet, définir si le sujet se trouve à plus ou moins de 10 mètres. Si vous voulez de meilleures performances en terme d’autofocus, mieux vaut l’aider en utilisant ce réglage. Pour ma part, je suis restée tout au long du test en Full. Benoît, lui, pense beaucoup plus que moi à utiliser ce bouton. À vrai dire, je n’ai pas eu besoin d’aider l’autofocus et j’avoue que je suis tellement concentrée sur d’autres réglages que j’oublie souvent celui-ci. 

Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports test terrain

Et ce n’est pas fini, on a aussi un bouton pour verrouiller la bague de zoom. C’est très important quand on se promène avec le boitier et l’objectif pour éviter que le zoom ne descende. On a aussi un bouton pour choisir le type de stabilisation ou encore un autre à personnaliser. Ce sont ce genre de détails qui font du Sigma 150-600 mm f5-6.3 une optique haut de gamme. 

Quelle compatibilité avec les Lumix S ?

Alors, peut-être avez vous envie de vous offrir cet objectif compatible avec les Lumix S, Sigma fp, Leica SL, et les Sony Alpha ? Cependant, il vous reste quelques doutes en terme de compatibilité ? Que se passe t’il en terme de stabilisation ? L’autofocus fonctionne t’il correctement quand on le fixe ?

Télé-objectif L-Mount pour Lumix S

Vous êtes complètement perdu avec le manuel utilisateur du Lumix S ? Vous débutez en photo avec ?

Apprenez avec moi et découvrez comment vous servir de votre appareil et les réglages photo !

Sigma 150-600 mm f5-6.3 et stabilisation optique

Vous l’aurez compris, le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports est doté de la stabilisation optique. Quand on le fixe avec un Lumix S, on va donc pouvoir choisir entre stabilisation optique, ou stabilisation du boitier. Il n’y a pas, à ma connaissance, de double stabilisation optique + boitier quand on fixe une optique Sigma sur un Lumix S.

Et cette stabilisation, je l’ai mise à rude épreuve ! Hormis pour mes photos de la Lune, j’ai uniquement photographié à main levée, y compris en fixant le téléconvertisseur à 1200 mm. Je ne suis pas du genre à m’encombrer d’un trépied qui passe plus de temps dans la valise que dans le sac photo. Et en dépit de cela, je n’ai que très peu de photos floues. Bien sûr, quand je photographie à main levée avec un télé-objectif, je fais toujours très attention à ma posture pour assurer une bonne prise en main. C’est aussi pour cela que j’apprécie les boitiers avec une poignée creusée. 

photographier coucher de soleil avec télé-objectif

Ainsi, sacré prouesse, avec ce télé-objectif, j’ai sans problème photographié à main levée à 600 mm et même à 1200 mm. Bien sûr, cela nécessite une luminosité suffisante pour utiliser une vitesse élevée !

Quelle compatibilité en terme de mise au point automatique ?

Pour le reste, et c’est l’avantage des optiques Sigma, il y a une parfaite compatibilité avec les Lumix S en L-Mount et avec les Sony Alpha en E-Mount. Cela signifie que vous pouvez fixer cet objectif sur un Lumix S5, un Lumix S1 ou encore un Sony Alpha 7 IV, un Sony Alpha 7R IV ou encore un Sony Alpha 7S III, pour ne citez qu’eux. Et dans ce cas là, vous n’avez pas besoin de bague d’adaptation. Quant à l’autofocus, il fonctionne parfaitement, y compris l’autofocus continu. Je n’ai pas vu de différence entre mes optiques Lumix S et cet objectif Sigma. Que ce soit en photo d’oiseaux ou quand j’ai photographié des jeunes en skate ou encore filmé mon fils en vélo, je n’ai eu aucun problème de mise au point.

Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports autofocus
150 mm – f5.1 – 1/2500 – ISO 100

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS, téléconvertisseur et autofocus continu

Pour être complète sur l’autofocus, j’ai aussi fixé le téléconvertisseur Sigma x2 qui est compatible uniquement en L-Mount. Quand on fixe le téléconvertisseur, l’autofocus continu fonctionne toujours. Par contre, au delà de 800 mm, l’autofocus est un peu plus lent. C’était surtout vrai en fin de journée car on perd en luminosité avec le téléconvertisseur. De plus, à un tel niveau de zoom, le moindre mouvement vous fait perdre votre sujet. Il ne vaut mieux pas avoir de train à prendre quand on photographie avec.

Une optique résistante à la poussière et à l’humidité

Enfin, pour les baroudeurs, voilà une optique résistante à la poussière et à l’humidité. C’est un point important car pour une étanchéité parfaite, il faut que boitier + optique soit tropicalisés. Comme les Lumix S le sont, je peux emmener mon matériel sereinement en randonnées, y compris par mauvais temps. Évidemment, je reste toujours prudente et j’ai dans mon sac du sopalin pour éponger l’humidité quand je range mon matériel.

Sigma 150-600 mm DG DN OS tropicalisation

Le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports est donc un beau bébé comme on peut s’y attendre avec un télé-objectif pour appareil photo plein format. Ce que je retiens surtout c’est sa bonne construction qui se complémente parfaitement avec mes Lumix S. Il faut dire que, eux aussi, ont une construction irréprochable. Voilà du matériel photo qui assure une prise en main équilibrée. J’aurai juste aimé une bague de zoom plus proche ainsi qu’une poignée plus longue. Mais si cela m’a surtout dérouté au début, j’ai vite oublié ces points de difficultés. Il faut dire que les images prises avec ce télé-objectif sont tellement superbes qu’on oublie bien vite la fatigue de le porter ! Et puis cela reste bien moins lourd que lorsque je portais mon fils. 

Mon retour d’expérience sur le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports

Maintenant que vous savez qu’il a une bonne construction, qu’en est-il sur le terrain ? Quel est mon avis sur ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports ? Quelle qualité d’image ? Quelle pratique photo ? Voici mon retour d’expérience entre photos d’oiseaux, au zoo et séjour à la montagne.

test terrain Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
600 mm – f6.3 – 1/640 – ISO 100

Une superbe qualité d’image

Ce que je peux vous dire tout de suite, ce que j’aime de cet objectif, c’est la qualité des photos que j’obtiens avec ! C’est mon exigence numéro 1 ! Quand je vois les photos, notamment d’oiseaux, prises avec ce télé-objectif, je me demande pourquoi j’ai attendu tout ce temps. Il n’y a pas que les marmottes dans la vie, il y a les mésanges, les pies, les grues, les hérons et mêmes les flamands roses, les girafes, etc. Quand on a la chance d’avoir un zoo près de chez soi, les sujets sont variés. Je ne m’attendais pas à avoir autant de scènes différentes en le testant en fin d’hiver.

Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports qualité image
600 mm – f6.3 – 1/500 – ISO 1250
photo oiseaux au bord du lac du Bourget
600 mm – f6.3 – 1/500 – ISO 1250 (photo recadrée)

Des images détaillées avec le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports

Justement, à la fin de l’hiver, les feuilles des arbres n’ayant pas encore repoussé, c’est l’occasion idéale de photographier tous ces animaux. Une pratique que nous aimons effectuer en famille comme vous pourrez le voir. Il n’y a rien de plus beau que la nature et la photo animalière est une thématique que nous adorons tous les trois. Jusqu’à présent, nous avions eu le Sigma 100-400 mm f5-6.3 DG DN et maintenant le Lumix S 70-300 mm f4-5.6. Mais en terme de zoom, ce n’était pas suffisant ! Il faut dire qu’en micro 4/3, nous avons eu l’équivalent d’un 200-800 mm alors Benoît et moi apprécions les zooms puissants. Il nous fallait donc un télé-objectif avec la puissance de zoom maximale pour ramener de magnifiques clichés d’animaux. D’ailleurs, notre fils aussi attendait ce télé-objectif avec impatience depuis des mois. Une affaire de famille !

avis netteté Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports
280 mm – f5.7 – 1/320 – ISO 500
Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports qualité image
600 mm – f6.3 – 1/640 – ISO 1250

Des photos d’une grande netteté

Et vous pourrez le constater sur les images en terme de qualité, je suis comblée ! Je ne me lasse pas de visualiser les photos que j’ai prises en zoomant pour apprécier la netteté des sujets variés que j’ai photographié. D’ailleurs, en rentrant de la montagne, on s’est empressé d’imprimer nos photos au format A3. Là encore, j’ai pu constater la superbe qualité d’image. Ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 a du piqué comme on dit.

avis Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
410 mm – f6.1 – 1/500 – ISO 100

Même une goutte d’eau sur le bec d’un flamand rose se voit précisément. J’ai aussi eu l’occasion de recadrer certaines images quand les oiseaux étaient un peu éloignés et de la même manière, le sujet est bien net. Or, la netteté du sujet est un point qui m’importe beaucoup. Ici, pas de suspens, j’ai envie de dire comme très souvent avec Sigma, mes images sont très nettes et détaillées. Sur les oiseaux, on peut observer en détail chaque plume, chaque détail de couleur des différentes espèces. C’est magnifique !

photographie animalière lémurien au Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports
600 mm – f6.3 – 1/640 – ISO 250

Par ailleurs, je n’ai pas remarqué de défauts optiques sur mes photos. Je n’ai pas repéré d’aberration chromatique, ni de flare. Aucun vignettage a signalé également ! Bref, voilà un objectif avec une superbe qualité optique.

Sigma 150-600 mm DG DN netteté
343 mm – f5.9 – 1/400 – ISO 100 (photo prise derrière une vitre)

Une plage de zoom du Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports

Il faut dire qu’un de ses atouts majeurs, c’est sa puissance de zoom. En allant de 150 mm à 600 mm, on peut photographier en gros plan des sujets éloignés comme les oiseaux qui nous survolent à longueur de journée.

C’est aussi une plage de zoom polyvalente qui permet de photographier un paysage en gros plan autant que des oiseaux. D’ailleurs, pour vous faire une idée de sa puissance de zoom, voici une même scène photographiée à des niveaux différents. Vous verrez ainsi qu’une telle latitude dans la plage de zoom permet d’alterner différents cadrages facilement.

Une polyvalence de zoom incroyable

Mont-Blanc photographié à 150 mm
150 mm – f9 – 1/500 – ISO 100
Mont-Blanc photographié à 200 mm
200 mm – f9 – 1/500 – ISO 100
Mont-Blanc photographié à 300 mm
300 mm – f9 – 1/500 – ISO 100
Mont-Blanc photographié à 400 mm
400 mm – f9 – 1/500 – ISO 100
Mont-Blanc photographié à 600 mm
600 mm – f9 – 1/640 – ISO 125

Bien sûr, c’est parce qu’il va jusqu’à 600 mm qu’il m’a plu. Pour la photographie d’oiseaux, c’est indispensable de pouvoir se mettre à 600 mm. Si vous n’avez pas un zoom assez puissant, vous ne pourrez pas les photographier en gros plan dans de nombreuses situations. Mais en débutant à 150 mm, on a aussi de la latitude quand le sujet est plus proche. 

Un léger bokeh

J’avoue que j’ai quand même beaucoup plus photographier à 600 mm qu’à 150 mm. À un tel niveau de zoom, on obtient de superbes photos avec un joli bokeh en dépit de l’ouverture de f5-6.3. Bien sûr, ça ne vaut pas un f2.8. Mais comme il n’existe pas de zoom allant jusqu’à 600 mm avec un tel niveau d’ouverture, il n’y a pas d’autres alternatives. Personnellement, si j’apprécie énormément le bokeh pour mes portraits, pour le paysage ou l’animalier, je recherche moins de flou d’arrière plan. Ainsi, l’ouverture de f5-6.3 me convient amplement. Tout est affaire de goût personnel et de pratique.

Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports bokeh
600 mm – f6.3 – 1/800 – ISO 100

Sigma 150-600 mm f5-6.3 et téléconvertisseur jusqu’à 1200 mm en L-Mount

Niveau puissance de zoom, quand on est en L-Mount, on peut aussi lui fixer un téléconvertisseur x1,4 ou x2. C’est un sacré atout. Pour ma part, j’ai choisi le téléconvertisseur x2 pour le transformer en 300-1200 mm. Et alors, on a une forte puissance de zoom pour photographier n’importe quel sujet éloigné. Le premier jour, au bord du lac du Bourget, je ne l’avais pas emporté pour me familiariser avec ce zoom. Quel dommage ! Par la suite, le téléconvertisseur était tout le temps dans notre sac photo.

Photographier n’importe quel sujet éloigné

Par contre, quand on fixe le téléconvertisseur, l’ouverture n’est plus que de f10-13, il vaut mieux avoir de bonnes conditions de lumières ! Même avec l’excellente montée en ISO des Lumix S, c’est parfois trop juste de photographier avec de telles ouvertures en fin de journée.

Sigma téléconvertisseur x2 avis
1200 mm – f13 – 1/500 – ISO 2000
photographie animalière avec téléconvertisseur_x2
1200 mm – f13 – 1/800 – ISO 4000

Par ailleurs, si vous aimez le flou d’arrière plan, à f10-13, vous pouvez oublier. Mais l’avantage c’est que quand on possède le téléconvertisseur, on peut l’enlever ou l’ajouter à tout moment en fonction de ce qu’on est en train de photographier. Ainsi, je vous conseillerais de préférer photographier sans téléconvertisseur de prime abord. Mais, gardez le dans votre sac et ajoutez le quand vous en avez vraiment besoin.

Enfin, je trouve la qualité d’image excellente sans téléconvertisseur. Par contre, avec téléconvertisseur, on perd un peu en qualité optique. Mais franchement, là, je chipote, car même à 1200 mm, ce télé-objectif permet d’obtenir des clichés qu’on n’aurait pas autrement.

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS, le télé-objectif pour la photo animalière

Cette plage de zoom en fait un objectif idéale pour la photo animalière ou encore la photo d’oiseaux. Car les animaux ne sont pas connus pour nous approcher facilement ! Bien au contraire, ces sujets sont souvent bien éloignés de nous. Avec un zoom standard, on manque de puissance pour les photographier en gros plan. Si on opte pour un compact ou un bridge, alors on rogne sur la qualité optique. Il est dur de faire un choix qui n’engendre pas de compromis ! Sauf ici, où la polyvalence de zoom et qualité optique font bon ménage ! Alors, oui, ça fait les biceps mais en contre-partie, on a la puissance de zoom idéale pour photographier les animaux.

Un objectif parfait pour la photo d’oiseaux

mésange charbonnière à 1200 mm
1200 mm – f13 – 1/640 – ISO 2000

C’est pourquoi, on a adoré pratiquer la photo d’oiseaux en famille. Grâce à ces images détaillées (et à mon fils) j’ai découvert qu’il existent différentes espèces de mésanges. Enfin, j’ai pu observer les mésanges charbonnières et les mésanges à têtes noires. Oui, je n’avais jamais fait attention à ces petits oiseaux si charmants avant. Ce télé-objectif est un vrai rendez-vous avec la nature. On attend maintenant impatiemment les week-ends pour photographier les oiseaux et autres petits animaux. J’ai ainsi pris conscience de ce monde parfois invisible tout autour de nous ! Nous sommes parfois restés des heures, sans voir le temps passer, à photographier les oiseaux, tous les trois. Observer leurs comportements, leurs déplacements pour mieux les anticiper afin de les photographier, voilà une saine activité de fin de journée !

photographier les écureuils
600 mm – f6.3 – 1/640 – ISO 640

Auparavant, je n’avais jamais fait attention aux chants des oiseaux, à distinguer chaque son en fonction des espèces. Le rouge-gorge, par exemple, a un chant magnifique. Nous avons même appris à siffler pour appeler les mésanges. Au quotidien, quand on se promène, on ne prend pas garde à ces bruits et on ne se rend même pas compte que de nombreuses espèces nous entourent et cohabitent avec nous. Grâce à ce télé-objectif, on peut les immortaliser sans les déranger ou à peine. C’est assez magique !

photo d'oiseaux et Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports
570 mm – f11 – 1/320 – ISO 12800

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS et la photographie de sport

Puissance de zoom importante, polyvalence de zoom, liberté de cadrage, objectif idéal pour l’animalier, voici de nombreux avantages. C’est aussi un excellent objectif pour la photographie de sport. En effet, sa plage de zoom permet de photographier facilement un sujet éloigné. Or, dans bien des situations, en sport, nous sommes loin du sujet. Et parfois, comme au ski, il vaut mieux ne pas être à côté. Pour autant, un gros plan sur un sportif est un excellent moyen de sortir de très belles images en mouvement. Voilà pourquoi ce télé-objectif est pertinent en photo de sport.

photo de sport Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
518 mm – f6.3 – 1/500 – ISO 500

Idéal pour le sport en extérieur

Par chance, lors de notre balade autour du lac du Bourget, nous sommes tombés sur des jeunes en skate qu’on s’est amusé à photographier. Si vous aviez peur pour la mise au point automatique, il n’en est rien ! J’ai pu les photographier à main levée tandis qu’ils essayaient des figures ! Dans les Alpes, c’est aussi les skieurs ou encore les chiens de traîneaux que j’ai, évidemment, immortalisé ! J’ai aussi filmé mon fils à vélo et là encore, pas de problème de focus et une excellente qualité d’image. Si vous êtes loin de votre sujet, pour photographier du sport en extérieur, j’ai trouvé ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 fort intéressant. 

test autofocus Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
430 mm – f6.1 – 1/500 – ISO 400

Je conseille quand même d’avoir de bonnes conditions de lumières car son ouverture n’est que de f5-6.3. Cependant, avec la bonne montée en ISO des Lumix S, on peut vraiment s’amuser avec ce télé-objectif.

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports pour la photo de paysage aussi

Et puis, pour ma part, j’aime aussi photographier au télé-objectif les paysages. C’est pour cela que c’est un indispensable de mon sac photo, en voyage nature.

J’emporte toujours un télé-objectif avec moi en montagne pour photographier les sommets que je ne peux pas atteindre à pied. Le télé-objectif, c’est l’occasion de revenir avec des angles de vue que les autres zooms ne nous permettent pas d’avoir. C’est pour cette raison aussi que j’adore ce genre d’objectif. Et justement, j’avais aussi décidé d’emmener ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 dans les Alpes pour photographier le Mont-Blanc ou encore la Pierra Menta. Les sommets des Alpes m’émeuvent beaucoup et j’aime particulièrement les photographier.

Pierra Menta au télé-objectif
600 mm – f8 – 1/800 – ISO 100

Donnez un autre regard à vos photos de paysages

À 600 mm, alors que le Mont-Blanc est loin en réalité, on peut le photographier en très gros plan, mettant en avant ainsi le toit des Alpes. Et même à 600 mm, sur de la photo de paysage, on a une superbe qualité d’image. Je m’y attendais tant je suis habituée à la qualité Sigma mais ce n’est pas une raison pour oublier d’en parler.

J’adore aussi utiliser ce genre de télé-objectif lors du coucher de soleil. Là encore, avec un zoom standard, surtout si la vue n’est pas exceptionnelle, les photos sont parfois assez plates. Au contraire, avec un télé-objectif, on peut donner bien plus d’impact à ses photos de coucher de soleil. Je dois dire que je trouve incroyable de photographier ainsi le soleil rougissant. Même à travers la photo, on sent la chaleur du coucher (même s’il faisait -10°C en réalité). Et si les nuages arrivent pour apporter du relief à votre photo, c’est la cerise sur le gâteau. Un des plus beaux spectacles de la nature.

photo paysage Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
600 mm – f10 – 1/400 – ISO 125
coucher de soleil Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
400 mm – f10 – 1/320 – ISO 125

Immortalisez la Lune en gros plan

En parlant de spectacle que nous offre la nature, après les animaux et les sommets alpins, il y a aussi la Lune. Avec Benoît, on adore photographier la Lune. On pourrait avoir un télé-objectif pour cette seule pratique. Et je dois dire qu’on a de la chance car pendant notre séjour au ski, nous avions la Lune tous les matins, face à nous depuis le balcon. Voilà une parfaite occasion pour photographier en haute résolution (96 Millions de pixels) l’astre lunaire avec un télé-objectif. Bref, avec le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports, les journées sont longues car en plus des randonnées, du ski et du coucher du soleil, on a rendez-vous avec la lune. Ainsi, chaque matin, on s’est réveillés à l’aube pour photographier la Lune, à temps, avant qu’elle ne passe derrière la montagne.

Un télé-objectif idéal pour la photographie de Lune

photographie Lune au télé-objectif
600 mm – f11 – 1/320 – ISO 100

J’aime particulièrement les photos prises alors qu’elle descend pour passer derrière les montagnes. Nous l’avons aussi photographié à 1200 mm, c’était trop tentant ! Et là encore, le résultat est assez incroyable.

photographier la Lune au Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports
600 mm – f11 – 1/200 – ISO 400
Sigma 150-600 mm DG DN OS Sports + téléconvertisseur x2 avis
1200 mm – f13 – 1/400 – ISO 400

Finalement, j’avais cantonné l’utilité du Sigma 150-600 mm à ma seule pratique de la photographie animalière durant mes randonnées estivales. Il n’en est rien car une telle puissance de zoom ouvre le champ des possibles ! Bien sûr, je ne vous dis pas qu’on peut se balader et photographier dans la rue avec ! Il est idéal plutôt pour toute sortie nature. Et la nature est plus proche de vous que vous ne l’imaginez !

Mon avis sur le Sigma 150-600 mm f5-6.3

Vous l’aurez compris, mon avis sur le Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports est très positif ! En même temps, il m’a tapé dans l’oeil dès sa sortie et je savais que c’était une question de mois avant qu’il ne finisse dans mon sac photo. Dès son annonce, je savais qu’il serait mon objectif pour la photo animalière, et notamment la photo d’oiseaux ou encore d’animaux sauvages dans les Alpes. Je pensais pouvoir patienter jusqu’à l’été pour me confirmer ses qualités optiques, mais je n’ai pas pu attendre. Et je ne le regrette pas car nous avons passé de superbes moments à photographier en famille.

photographie cormoran
600 mm – f6.3 – 1/500 – ISO 250

Un excellent rapport qualité/prix

Ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports est aussi un excellent rapport qualité/prix. En effet, son tarif est de 1399€. D’ailleurs, il est disponible en L-Mount sur Fnac.com ou encore Digit-Photo. En E-Mount, il est aussi disponible sur Amazon, Fnac.com ou encore Digit-Photo. En comparaison, chez Sony, il existe le FE 200-600 mm f5-6.3 qui est plus cher. Quant au FE 100-400 mm f4.5-5.6, son tarif aussi est très élevé pour un zoom moins puissant. En L-Mount, le Lumix S 70-300 mm f4-5.6 est un télé-objectif à la puissance de zoom bien moindre. S’il a aussi une excellente qualité optique, il est un peu juste pour la photo d’oiseaux. Quant au Sigma 100-400 mm f5-6.3 DG DN Contemporary, sa qualité optique est moindre, à mon avis. De mon point de vue, le S 70-300 mm est un télé-objectif citadin quant le Sigma 150-600 mm est un télé-objectif nature !

Ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 est-il pour vous ?

Qualité optique, prix « abordable », polyvalence d’usage, voici un télé-objectif qui a beaucoup d’atouts. Mais vous le savez, si le matériel donne toujours envie, le plus dur, c’est de choisir un objectif qui convient à sa pratique. Alors, à qui s’adresse ce télé-objectif ?

Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports prix
400 mm – f6.1 – 1/500 – ISO 200

Pour commencer, à mon avis il s’adresse à vous si le poids n’est pas un critère. Si un zoom standard de 800 grammes c’est trop pour vous, avec ces 2,100 kilos, ça risque de faire beaucoup ! (Mais allez, faites un effort, c’est moins cher qu’un abonnement à la salle de sport !).

Trêve de plaisanteries, je pense que vous l’aurez compris, cet objectif me semble idéal si vous photographiez des oiseaux ou des animaux. Avec une telle puissance de zoom, c’est LE télé-objectif pour la photo animalière. Si vous partez pour un safari, en randonnées en montagne, ou pour les oiseaux du parc en bas de chez vous, c’est lui qu’il faut dans votre sac photo !

photo aigrette au Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports
600 mm – f6.3 – 1/640 – ISO 200

Le télé-objectif le plus polyvalent en L-Mount

Il s’accommode aussi très bien à la photo de sport. C’est d’autant plus vrai en extérieur avec une bonne luminosité. Ainsi, pour cette pratique, dans ces conditions, je peux vous le conseiller.

photo skate au télé-objectif Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports
600 mm – f6.3 – 1/500 – ISO 500

Il est aussi excellent en vidéo autant pour l’animalier que le sport, exactement de la même manière qu’en photo.

Enfin, si vous cherchez un télé-objectif très polyvalent, il est aussi intéressant. Pas besoin de choisir, ni de changer d’optique, sa grande polyvalence de zoom de 150 mm à 600 mm donne beaucoup de latitude à la pratique photo. D’ailleurs, c’est un excellent complément au très bon Lumix S 24-105 mm f4 qui est vendu en kit avec le Lumix S1 et en pack avec le Lumix S5 également. On peut, en effet, en deux objectifs couvrir du 24 mm à 1200 mm (avec téléconvertisseur). C’est assez incroyable surtout sans rogner sur la qualité optique, bien au contraire.

lémurien test terrain Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports
600 mm – f6.3 – 1/640 – ISO 320

En conclusion

Mon seul regret avec ce Sigma 150-600 mm f5-6.3 DG DN OS Sports ? C’est d’avoir attendu six mois après sa sortie pour photographier avec ! Comme je m’y attendais, sa qualité optique est superbe pour des photos nettes et détaillées ! Tout en profitant d’un zoom puissant et polyvalent, je n’ai pas rogné sur la beauté de mes images, bien au contraire !

Bien sûr, au début, il faut s’habituer à son gabarit non négligeable. Il faut aussi se faire à sa bague de zoom à l’avant. Comme je le disais, ce genre de télé-objectif demande un peu de temps à prendre en main. Par la suite, c’est vite oublié ! Il ne reste alors plus que la joie de photographier les oiseaux et animaux avec pendant des heures.

Les photos de l’objectif ont été prises avec le Lumix GH6 + Leica 12-60 mm f2.8-4.0 ainsi que le Lumix S5 + Sigma 28-70 mm f2.8.

Ce test a été rédigé suite à un prêt de matériel non rémunéré de la part de Sigma. Cela n’enlève en rien l’objectivité de notre avis. En effet, nous proposons du contenu 100% indépendant, et sans bandeaux publicitaires intrusifs. En contre-partie, cet article contient des liens affiliés. Pour nous aider à vous fournir du contenu de qualité, vous pouvez cliquer sur les liens Amazon, Fnac.com ou Digit-Photo avant d’acheter. Cela ne vous coûtera pas plus cher mais permettra de nous soutenir dans la rédaction de contenu de qualité sur notre temps libre.

Vous pourriez aimer aussi

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la conservation et la manipulation de vos données sur ce site.

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer, vous acceptez que nous en utilisions. Reportez-vous à la Politique de confidentialité relative aux cookies : Accepter En Savoir Plus