Accueil Capteur Micro 4/3 Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro : avis et test terrain

Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro : avis et test terrain

par Nadia et Benoit

Un ultra grand angle, ça nous a toujours intéressé pour enfin pouvoir tout montrer quand tout est beau. Paysage grandiose, édifice imposant, nombreux sont les cas où le zoom standard ne suffit pas à obtenir assez de recul. Alors, après avoir regretté de ne pas avoir de grand angle en voyage au coeur des Lacs Canadiens, on s’est décidé à acheter un ultra grand angle micro 4/3 pour notre Lumix G9. Lumineux et de qualité Pro, c’est vers le Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro que notre choix s’est tourné. Voilà maintenant plusieurs mois qu’on le possède et il est de tout temps dans notre sac photo. Si vous vous posez la question d’acquérir cet objectif pour votre hybride micro 4/3, voici notre avis et test terrain.

Olympus Zuiko Digital7-14 mm f2.8 pro
VOIR SUR AMAZONVOIR SUR FNAC.COMVOIR SUR DIGIT-PHOTO

Prise en main du Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro

Avant même de l’utiliser, ce grand angle micro 4/3 est un bel objet en main. A la hauteur de la gamme pro de la marque et de son prix, son style a de quoi en faire craquer plus d’un. On aime beaucoup son liseré gris et bleu qui donne beaucoup de cachet à cette optique. On est loin du rouge classique qui fait souvent référence chez Canon. Et en duo avec le Lumix G9, on ne boude pas son plaisir d’avoir les deux autour du cou. Ca, c’est pour l’aspect esthétique.

Légèreté et compacité

Côté construction, on a une optique fidèle à la philosophie du capteur micro 4/3 : légère avec son poids de 534 grammes. Et pour l’avoir beaucoup utilisé en montagne, en hiver, en étant chargés, cette compacité était un vrai plus pour photographier dans des conditions optimales. Ici, on dispose d’une superbe ouverture et d’un ultra grand angle dans un poids très accessible, ce qui en fait un excellent objectif micro 4/3 pour les baroudeurs. D’autant plus que cet objectif est tropicalisé. Discret, il mesure 105 mm de long. Seul bémol, avec son optique arrondie, il n’est pas possible de fixer de filtre protecteur. Vu le prix de l’objet, il a fallu remettre le cache entre chaque photo. C’est, cependant, le lot, de nombreux ultra grand angle.

Olympus 7-14 mm f2.8 test

A savoir, le cache-objectif est fourni et le pare-soleil intégré. On regrette, seulement, qu’à ce prix là, il n’y ait pas de housse de protection…Là où Panasonic en fournit quasiment systématiquement une, quelque soit la gamme de l’optique. Si vous ne le fixez pas constamment, il faudra ajouter une housse de protection à votre panier. (Ou faire comme nous, prendre une de nos Lumix).

Une construction Pro

Qui dit optique PRO, dit haut de gamme. Tout dans cet objectif respire la qualité et il est très agréable en main. A commencer par la bague de zoom qui tourne parfaitement. Avec son aspect strié, la prise en main est parfaite, y compris quand il fait très chaud et qu’on a les mains humides.

Aussi, la bague de zoom est très agréable. Quant à la bague de mise au point manuelle, elle est également parfaitement fluide. Néanmoins, pour des photos de paysage en grand angle, je n’en ai eu peu l’utilité. A savoir, la bague de mise au point peut se descendre. Le boitier passe alors automatiquement en focus manuel. Pour passer de l’automatique au manuel en un clin d’oeil, c’est super pratique. Il apparaît alors un guide de mise au point en fonction de la distance du sujet. Un petit détail aussi stylé qu’utile qui rappelle l’argentique.

Olympus 7-14 mm f 2.8 avis

Voilà pour l’aspect esthétique parfois un peu subjectif. Il n’en reste pas moins qu’une bague de zoom qui tourne mal, c’est gênant. Heureusement, ici, tout est parfait.

Parfaitement compatible avec les Lumix G, GX et GH ?

Il est bien, il est beau cet Olympus mais vous, vous possédez un hybride Panasonic micro 4/3 ! Alors, pouvez-vous acquérir cet ultra grand angle lumineux ? Vous le savez sûrement, Olympus et Lumix ont un partenariat sur le micro 4/3. Cela signifie que vous pouvez fixer une optique d’une marque sur un boitier de l’autre marque sans bague d’adaptation. Aussi, quelque soit votre appareil photo Panasonic vous pouvez tout à fait vous offrir ce modèle.

Seul bémol à cette compatibilité, le couple stabilisation optique + capteur ne fonctionne pas quand on mélange les deux marques. Si c’est parfois gênant sur certains objectifs, ici, aucun problème car aucun objectif grand angle micro 4/3 n’est stabilisé. Que vous optiez pour un grand angle Lumix ou un grand angle Olympus, vous aurez le même résultat : stabilisation capteur ou aucune stabilisation. Vous pouvez donc parfaitement choisir cet objectif sans craindre une compatibilité amoindrie. En plus, sur ces focales, la stabilisation capteur suffit tellement qu’on a pu prendre des poses longues à main levée !!

Bien sûr, l’idéal est d’avoir une stabilisation 5 axes, surtout pour les photos en basse lumière et les vidéos. Néanmoins, si vous n’avez pas de stabilisation capteur, sur des focales de grand angle vous ne serez que peu gênés, en rapport à un zoom.

Panasonic Lumix G9 + Olympus 7-14 mm f2.8 Pro

Une prise en main équilibrée avec un hybride Lumix

Fixé sur un Lumix G9, l’ensemble forme un duo parfaitement équilibré. A tel point, qu’en rando d’hiver, je l’ai beaucoup porté avec le boitier accroché par une dragonne fixée au poignet (et avec le Lumix S1 autour du cou). A aucun moment cela m’a limité dans mes prises de photos, bien au contraire.

Avec leurs poignées plus avancées, les hybrides Lumix G et GH offrent un parfait équilibre avec l’Olympus 7-14 mm f2.8 Pro. Aussi, les hybrides Lumix G7, G80, G90 ou encore GH4 et GH5 s’adaptent parfaitement à cet objectif. Par ailleurs, même si vous possédez un GX, tels que les GX80, GX8 ou GX9, sa compacité vous permettra une prise en main adéquate.

Enfin, pour être parfaitement complet sur la compatibilité, il faut savoir que la bague de zoom tourne dans le sens inverse des optiques Panasonic. C’est très déroutant au début. Surtout quand on filme et qu’on zoome au lieu de dézoomer, cela engendre quelques ratés. Mais après plusieurs mois à jongler entre les deux marques, on n’y fait même plus attention. Maintenant que vous savez tout sur l’aspect matériel, entrons dans le vif du sujet !

test ultra grand angle micro 4/3
VOIR SUR AMAZONVOIR SUR FNAC.COMVOIR SUR DIGIT-PHOTO

Quelle utilisation pour le Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro ?

Un ultra grand angle, ça sert à quoi au juste ? Parce que vous avez déjà une optique qui descend jusqu’à 12 mm, dite grand angle. Alors vous craignez que cet objectif ne vous serve pas beaucoup. Et bien, détrompez vous, l’utilité d’un ultra grand angle est assez multiple.

N’avez-vous jamais eu envie de vous reculer mais ce n’était pas possible ? N’avez-vous jamais été frustré de ne pas pouvoir dézoomer plus pour photographier l’immensité d’un paysage ? La totalité d’une pièce ? Et bien, un ultra grand angle cela sert à cela ! Avec un ultra grand angle, on souligne l’immensité d’un lieu en le photographiant dans son ensemble. On recule les murs en agrandissant une pièce.

Idéal pour les paysages grandioses

Vous l’aurez compris, cet Olympus 7‑14 mm f2.8 s’adresse avant tout aux amateurs de paysages. Ce que vous aimez, c’est montrer la grandeur de la nature. Immortaliser un lac dans toute sa grandeur, comme le Lac du Bourget depuis le Mont-Revard.

Lac du Bourget depuis Belvédère du Mont Revard
7 mm

Avec un ultra grand angle, pas besoin de choisir, vous pourrez tout montrer ! L’ensemble d’une chaîne de montagne, un lac dans toute sa splendeur. C’est l’optique idéale pour montrer la grandeur d’un paysage. Ainsi, avant un voyage nature, l’ultra grand angle pourrait être votre allié idéal. On se rappelle encore la frustration de ne pouvoir capturer l’immense Lac Louise au Canada avec notre seul zoom descendant seulement jusqu’à 14 mm. Une chose est sûre pour y retourner, on emportera notre grand angle !

Agrandissez les rues

Ah les ruelles étroites et les édifices imposant dans nos villes à l’architecture si belle…qui n’a jamais apprécié de les photographier. Et qui n’a jamais dû se tordre dans tous les sens et positionner son appareil en mode portrait pour en garder un souvenir pas terrible ? En voyage encore, on se revoit à Londres devant l’Abbaye de Westminster à essayer tant bien que mal de photographier à 12 mm.

Place des Jacobins avec grand angle micro 4/3
7 mm (photo redressée sur lightroom)

Grâce à l’ultra grand angle, vous aurez enfin le recul nécessaire pour photographier les plus beaux bâtiments en entier ! Une basilique comme celle de Fourvière à Lyon, une immense place, une ruelle étroite. Tous ces lieux si esthétique mais difficile à photographier seront enfin dans la boîte ! De même durant la fête des lumières, il a été un fier allié pour filmer les spectacles grandioses tandis qu’on manquait de recul.

Olympus 7-14 mm f2.8 HDR
7 mm – photo prise en HDR à main levée, d’où une moindre netteté

Reculez les murs

En intérieur aussi, vous trouverez une grande utilité au grand angle. Ainsi, c’est avec lui que l’on a pris toutes les photos de notre petit appartement. Egalement pour les meubles que l’on vend, le grand angle nous permet de faire des photos avec recul, de superbe qualité qui attire bien plus de potentiels acheteurs.

Basilique Fourvière de Lyon intérieur
7 mm – f2.8 – ISO 1000 – 1/25

Même dans les bâtiments les plus grands, on manque parfois de recul. Vous souvenez vous de la dernière église que vous avez visité ? Ce ne fut pas très facile de la capturer en entier. Dans une église autant qu’une chambre d’hôtel ou un appartement, un ultra grand angle, c’est s’assurer d’avoir une pièce en entier. Et quand je vois que même à 7mm, ce fut difficile d’avoir l’intérieur de Fourvière en entier, je me dis qu’on a bien fait d’opter pour ce modèle.

D’ailleurs, s’il n’y avait pas eu le virus, cet Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro aurait dû être un sacré compagnon dans notre découverte de l’Italie, son architecture, ses passages, ses églises et ses stades de foot…! Bien sûr, toutes ces pratiques ne sont que des exemples et il ne tient qu’à vous de développer vos propres idées une fois l’optique en main.

quelle pratique photo avec objectif Olympus 7-14 mm f2.8
7 mm

Un ultra grand angle polyvalent

A savoir, dans le parc micro 4/3, il n’existe pas de focale fixe ultra grand angle en dessous de 12 mm. Hormis un Olympus 9 mm fisheye qui ne rend pas du tout le style de photo que l’on recherche. Bien sûr, avec des bagues d’adaptation, il est possible de trouver des optiques fixes ultra grand angle compatible. Néanmoins, vous n’aurez pas de mise au point automatique.

Olympus Zuiko Digital 7-14 f2.8 Pro avis
14 mm

Avec une plage entre 7 et 14 mm, l’Olympus 7‑14 mm f2.8 présente l’intérêt d’une certaine polyvalence. Ainsi, en voyage, il est possible de zoomer un peu si un sujet n’est pas si éloigné que cela. Entre 12 mm et 14 mm, on retrouve ainsi une focale standard pour immortaliser des paysages. Pour apporter un regard intéressant à nos photos, cette polyvalence nous a été bien utile en montagne.

VOIR SUR AMAZONVOIR SUR FNAC.COMVOIR SUR DIGIT-PHOTO

Pourquoi le Olympus 7‑14 mm f2.8 plutôt qu’un autre ?

Maintenant, c’est bon, vous connaissez toutes les usages et pratiques d’un ultra grand angle. Mais pourquoi donc avons nous opté pour cet Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro plutôt qu’un autre ?

vue sur lac Bourget depuis le Mont Revard
7 mm

Une focale jusqu’à 7 mm pour un recul maximal

C’est d’abord la plage focale descendant jusqu’à 7 mm qui nous a attiré. Dans le parc micro 4/3, Olympus commercialise un autre grand angle qui est entre 9 mm et 18 mm. C’est trop peu. Chez Panasonic, l’optique Leica est entre 8mm et 18 mm. Pourquoi se contenter du 8 mm quand on peut avoir 7 mm ?

Car parfois le besoin de recul se fait grand ! Ainsi, pour photographier l’intérieur de la Basilique Fourvière, il m’a fallu être à 7 mm et me reculer au maximum de ce qu’il était possible. A 8 mm et pire encore à 9 mm, je n’aurai pas eu le recul suffisant pour réaliser mes clichés dans bien des cas. De même pour prendre le lac du Bourget en entier depuis le Mont-Revard, photographier à 7 mm était plus que nécessaire pour avoir l’ensemble du paysage.

Pour vous faire votre propre idée, voici une même photo prises à des focales différentes entre 7 mm et 14 mm !

Ultra grand angle micro 4/3 à 10 mm
14 mm
Ultra grand angle micro 4/3 à 9 mm
10 mm
Ultra grand angle micro 4/3 à 9 mm
9 mm
Ultra grand angle micro 4/3 à 8 mm
8 mm
Olympus Zuiko Digital 7-14 mm f2.8 Pro à  7 mm
7 mm

Une optique lumineuse avec ouverture à f2.8

L’autre raison qui nous a poussé à choisir cet objectif, c’est son ouverture à f2.8. Car côté focale entre 7 mm et 14 mm, il existe bien un Lumix GX Vario 7-14 mm f4.0 qui offre les mêmes avantages en terme de recul. Mais son ouverture est de f4.0 et non de f2.8.

optique Olympus grand angle
Vitraux à f2.8 – 7 mm

Or, dans des lieux sombres, telle une église ou même une chambre d’hôtel, l’ouverture à f2.8 est un vrai atout pour éviter de monter trop haut en ISO. En voyage, dans les églises, les chambres d’hôtels ou même les musées avec peu de lumière, ce n’est pas ce qui manque. Il nous est donc très utile, y compris dans notre appartement pourtant loin d’être sombre. Aussi cette ouverture, couplée à la stabilisation 5 axes du boitier, c’est le meilleur moyen d’éviter une trop grande montée en ISO et donc des photos bruitées.

VOIR SUR AMAZONVOIR SUR FNAC.COMVOIR SUR DIGIT-PHOTO

D’ailleurs, pour la petite anecdote, cette ouverture f2.8 nous est aussi très utile pour filmer/photographier l’ouverture des cadeaux de Noël à une période où la lumière n’est pas toujours au rendez-vous. Voilà, vous savez pourquoi nous avons fait le choix de l’optique la plus haut de gamme en terme de grand angle micro 4/3. (On évoquera en conclusion le Panasonic Leica 10-25 mm f1.7). Un choix qu’on ne regrette pas tant il nous permet une pratique variée de la photo.

Test en montagne du Olympus 7-14 mm f2.8 Pro
7 mm

A qui s’adresse le Olympus 7‑14 mm f2.8 Pro ?

La mention PRO, signifie t’elle que seuls les professionnels de l’image seraient aptes à utiliser cette optique. Il n’en est rien. Cela fait simplement référence à la qualité de construction de l’optique qui est bien meilleure. Néanmoins, un amateur peut tout à fait photographier avec cet objectif. Pour preuve, nous ne sommes absolument pas professionnels.

Il faut savoir que maîtriser un ultra grand angle n’est pas instantanée. Ce n’est pas dû à cet objectif lui-même mais aux focales entre 7 mm et 12 mm. Notamment pour des paysages urbains, savoir comment me placer avec un ultra grand angle n’a pas été facile. En montagne, je n’ai pas du tout ressenti cette difficulté. Par contre, dans Lyon, aux premiers essais, je suis revenue avec de nombreuses photos tordues et pas mal de frustration. Il faut un peu d’entraînement pour savoir comment se placer pour obtenir la photo qu’on recherche. Parfois accroupi, parfois l’appareil en hauteur, il ne faut pas hésiter à se déplacer. (Et bien souvent, l’écran orientable est un très utile).

Palais de Justice de Lyon avec grand angle micro 4/3
7 mmphoto redressée sur lightroom

De la pratique pour une bonne maîtrise

Mais pas de panique, si j’ai pris un peu de retard dans la maîtrise d’un ultra grand angle, il a fallu quelques semaines à Benoît pour apprivoiser ce type de focale. Il avait pris de l’avance en photographiant exclusivement avec le Lumix 7-14 mm f4.0 l’année dernière durant nos vacances en Espagne. En quelques semaines, il savait parfaitement se placer pour obtenir des photos avec de belles lignes. Aussi, ne soyez pas surpris par vos premières photos. Un ultra grand angle mérite qu’on insiste un peu pour ensuite obtenir des photos qui font mouche.

Côté retouche, il n’est pas forcément nécessaire d’avoir lightroom et nous photographions uniquement en JPEG. Néanmoins, dans certains cas il sera nécessaire de redresser un peu votre photo. Nous le faisons rarement, uniquement quand un cliché nous plaît vraiment.

Olympus Zuiko Digital 7-14 mm f2.8 Pro avis et test
7 mm

Et en vidéo, cela donne quoi ? Sans grande prétention et pour vous faire une idée de ce que cela peut donner de filmer avec ce grand angle, voici quelques vidéos ! Du lac de Bourget en passant par la Fête des lumières de Lyon :

Prix de l’objectif Olympus 7‑14 mm f2.8

Côté tarif, il coûte 1249€. C’est un des objectifs les plus chers du parc micro 4/3 mais cela s’explique par sa focale, son ouverture et sa qualité de construction. Il est disponible sur Amazon, Fnac.com, Digit-Photo et Miss Numérique.

En conclusion

Loin de se contenter du paysage, on sort aujourd’hui notre objectif grand angle bien plus souvent qu’on ne l’imaginait. Pour des balades photos citadines autant qu’en intérieur, notamment grâce à son ouverture f2.8, en montagne, en ville comme au quotidien, il n’est jamais très loin. On aime ainsi pouvoir tout montrer sans devoir choisir là où ce n’est pas toujours possible de couper une photo avec style. Et puis, quoi de mieux que montrer sa grandeur pour souligner la beauté d’un endroit.

Cathédrale Saint Jean au grand angle
7 mm
VOIR SUR AMAZONVOIR SUR FNAC.COMVOIR SUR DIGIT-PHOTO

Face à ses concurrents ?

Côté objectif grand angle, il y a foule dans le parc micro 4/3 ! Pas moins de quatre autres optiques pourront vous intéresser en fonction de votre pratique et surtout de votre budget. A noter, aucun d’entre eux n’est stabilisé, si bien qu’il est encore plus facile de jongler entre Panasonic et Olympus.

Olympus 7‑14 mm f2.8 ou un autre ?

Commençons par Olympus : à côté du Zuiko 7-14 mm f2.8 qui est une optique haut de gamme, la marque commercialise un entrée de gamme. Il s’agit du Zuiko Digital 9-18 mm au tarif très abordable. Son prix est intéressant tout comme la possibilité d’y fixer un filtre. Par contre, sa qualité de construction et son ouverture ne sont pas exceptionnelles. Et surtout à 9 mm, on ne couvre pas toujours toutes les possibilités. A notre avis, c’est une option à choisir pour un budget très serré.

Chez Panasonic, l’ultra grand angle au meilleur rapport qualité/prix, c’est le Lumix GX Vario 7-14 mm f4.0. Il est compact, ultra grand angle car il permet de descendre jusqu’à 7mm. Nous l’avons eu pendant quelques mois et l’avons beaucoup apprécié. Il nous paraît idéal pour les voyageurs qui photographient plutôt en extérieur.Ensuite, on monte en gamme avec le Leica 8-18 mm f2.8-4.0, tropicalisé tout en étant compact, c’est un excellent grand angle pour qui recherche une meilleure ouverture et une certaine polyvalence. On regrette seulement qu’il n’aille qu’à 8 mm. En contre-partie, il est possible d’y fixer un filtre.

Enfin, l’optique grand angle la plus haut de gamme, c’est le Leica 10-25 mm f1.7 qui offre une ouverture exceptionnelle mais un recul moindre. A notre avis, il convient avant tout à ceux qui cherchent une optique polyvalente, de très haute qualité et avec une belle ouverture pour des photos en basse lumière. Néanmoins, cela a un prix et c’est un objectif bien moins compact que les précédents.

Et vous ? Quel grand angle micro 4/3 avez-vous choisi ?

A savoir, les photos de l’objectif ont été prises avec le Lumix S1

Contrairement à la grande majorité des sites, nous ne sommes JAMAIS rémunérés par les marques pour écrire nos articles. Nous achetons nous-mêmes notre matériel. Plutôt que des bandeaux publicitaires intrusifs, cet article contient des liens affiliés. Si vous voulez nous soutenir, cliquez sur les liens avant d’acheter. Cela ne vous coûtera pas plus cher et permettra de nous soutenir pour continuer à tester du matériel et écrire des articles sur notre temps libre.

A LIRE :

Vous pourriez aimer aussi

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez la conservation et la manipulation de vos données sur ce site.

Ce site utilise des cookies. En continuant à naviguer, vous acceptez que nous en utilisions. Reportez-vous à la Politique de confidentialité relative aux cookies : Accepter En Savoir Plus